• SC 136

    Origène

    Contre Celse, tome II
    Livres III et IV

    décembre 1968

    Introduction, texte critique, traduction et notes par Marcel Borret, s.j.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique.
    ISBN : 9782204034210
    438 pages
    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

    Présentation

    Vers 180, un philosophe païen, nommé Celse, écrit contre le christianisme un livre intitulé le Discours véritable. Plus d’un demi-siècle après, Origène consacre les dernières années de sa vie à réfuter ce texte polémique, qu’il cite morceau par morceau pour en débattre. C’est grâce à ses multiples citations que nous avons conservé l’essentiel de cette œuvre païenne, autrement perdue.

    Dans les livres III et IV, Origène répond entre autres aux attaques de Celse sur le merveilleux chrétien (les miracles de Jésus) opposé au merveilleux païen, sur le corps mortel d’un Dieu incarné, sur le manque de culture du christianisme, sur les interventions de Dieu dans le monde des humains, enfin sur le bien-fondé de l’interprétation allégorique des récits bibliques.

    Spécialiste d’Origène, Marcel Borret, s.j., a édité l’ensemble du Contre Celse dans la collection Sources Chrétiennes. Son édition a profité des leçons nouvelles du Papyrus de Toura et marque un progrès sensible par rapport à celle du Corpus de Berlin (1899). Seul ou en collaboration, M. Borret a édité dans la Collection plusieurs autres traités d’Origène (SC 286-287, 321, 352, 375-376, 389).

    Le mot du directeur de Collection

    Le Contre Celse est un ouvrage de commande, imposé à Origène par son exigeant mécène et ami, Ambroise, un notable fortuné d'Alexandrie, qui souhaitait une réponse vigoureuse au pamphlet du philosophe païen. La longue réfutation par Origène du Discours véritable de Celse est la dernière en date de ses œuvres (248) et comme une manière de testament spirituel du grand Alexandrin : le croyant avec la richesse de sa foi, et le savant avec sa culture philosophique et sa connaissance de l'Écriture. Elle constitue une apologie monumentale de la religion chrétienne dont Celse, comme le firent à leur tour Porphyre et l'empereur Julien, prétendait prouver l'infériorité sur la philosophie grecque et la sottise. Même si Origène déclare, dans la préface de l'ouvrage, que « ce livre n'est pas du tout écrit pour des fidèles, mais soit pour ceux qui n'ont aucune expérience de la foi au Christ, soit pour ceux qui, au dire de l'Apôtre, sont faibles dans la foi (cf. Rm 14, 1) », le croyant lui-même sera impressionné par la force qu'y ont la réfutation des accusations de Celse et la démonstration touchant les vérités du christianisme.

    Jean-Noël Guinot

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Le Contre Celse est la grande œuvre apologétique d’Origène, écrite à la fin de sa vie, achevée probablement en 258, deux années avant le déclenchement de la persécution de Dèce qui lui coûtera la vie. Origène réfute longuement, en 8 livres, le Discours véritable de Celse, un philosophe païen qui avait écrit cet essai vers 180 pour attaquer la tradition judéo-chrétienne au nom de la raison grecque. Son œuvre, perdue, est connue seulement par les nombreux extraits qu’en cite Origène. C’est pour ce dernier l’occasion, dans le sillage des apologies du 2e siècle, de poursuivre deux buts en même temps : réfuter les arguments antibibliques et antichrétiens de Celse, et prouver la vérité et l’ancienneté du christianisme. Ce faisant, Origène cite nombre d’auteurs païens perdus dont il nous sauve bien des extraits, en plus de ceux de Celse. Entre les Stromates de Clément et les Préparation et Démonstration évangélique d’Eusèbe, son œuvre s’inscrit dans ces monuments témoins d’un dialogue critique constant entre la culture gréco-romaine, le judaïsme et le christianisme.

    Le texte grec du Contre Celse figure en entier dans 18 manuscrits et en partie dans 7 autres. Un papyrus de Toura du 7e siècle contient des extraits des livres I et II. Les manuscrits de la tradition directe, relativement récents, dépendent tous d’un manuscrit conservé du 13e siècle. Des extraits de l’œuvre se trouvent dans la Philocalie faite au 4e siècle par les Cappadociens.

    Contenu

    Livre III. Importance du débat sur Jésus, n’en déplaise à Celse. L’origine du peuple et de l’alphabet hébreux ne date pas de la sortie d’Égypte ; ni les juifs ni les chrétiens ne sont des révoltés en sécession ; causes des divisions entre chrétiens ; le christianisme est fondé sur l’Incarnation et ne doit rien aux égyptiens ; Jésus est différent de tous les héros grecs divinisés ; exemples divers : les Dioscures, Héraklès, Dionysos, Asclépios, Aristéas, Abaris, un héros de Clazomène, Cléomède, Antinoos… Le christianisme est fait pour les sages et ne promeut pas l’ignorance ; le recrutement et la formation des nouveaux chrétiens ; le christianisme ne dévoie personne et ne promet pas un pardon facile mais propose la guérison, d’où son appel aux pécheurs ; il croit la conversion toujours possible ; le christianisme ne détourne pas de la philosophie et ne la méprise pas.

    Livre IV. Réflexion sur le pourquoi de l’Incarnation, le pourquoi du moment choisi par Dieu ; déluges grecs et déluge biblique ; images de la descente de Dieu ; le langage biblique ne compromet pas l’immutabilité de Dieu ; l’histoire confirme la Bible ; le mépris de Celse pour les juifs et les chrétiens est injustifié ; aucun humain n’est méprisable, ils sont tous à la ressemblance de Dieu qui veut les sauver malgré leurs fautes ; l’histoire d’Adam et Ève : comparaison avec les récits grecs, réfutation des railleries de Celse ; les récits de la Genèse, du déluge à Joseph : lecture allégorique nécessaire ; défense du corps humain comme œuvre de Dieu ; la question du mal ; les cycles grecs ; les anthropomorphismes bibliques sur Dieu expliqués ; défense de la providence divine pour les humains ; comparaison entre la condition humaine et la condition animale : capacités sociales, pouvoirs, divination, vertus ; les humains premiers dans le dessein de Dieu.

    Extrait(s)

    Contre Celse IV, 6 (p. 201-203)

    Dieu, méconnu par la méchanceté des humains, voudrait être reconnu, non qu’il se juge diminué, mais parce que sa connaissance délivre du malheur celui qui le reconnaît. De plus, ce n’est pas dans le dessein de mettre à l’épreuve les croyants ou les incrédules qu’il habite lui-même en certains par sa mystérieuse puissance divine, ou qu’il leur envoie son Christ ; c’est pour écarter de tout malheur les croyants qui accueillent sa divinité et pour ôter aux incrédules l’occasion d’excuser leur manque de foi sous prétexte qu’ils n’ont pas entendu son enseignement. Dès lors, quel argument peut montrer que dans la logique de notre doctrine, Dieu serait d’après nous semblable à des parvenus avides d’ostentation ? Loin de l’être à notre égard quand il désire nous faire connaître et comprendre son excellence, Dieu veut implanter en nous la félicité qui naît dans nos âmes du fait qu’il est connu de nous ; et il prend à cœur, par le Christ et l’incessante venue du Logos, de nous faire recevoir l’intimité avec lui. La doctrine chrétienne ne prête donc à Dieu aucune ambition humaine.

    Errata

    Page

    Localisation

    Texte concerné

    Correction

    Remarques

    16

    § 2, l. 15

    ἀνηγορεῦον

    ἀνηγόρευον

     

    16

    § 2, l. 16

    ἀπεδοκιμάζον

    ἀπεδοκίμαζον

     

    19

    l. 2 ab imo

    Syrie

    Assyrie

     

    33

    l. 4

    les enfants.

    les enfantsa.

    10, a. Matth. 14, 21 ; 15, 38.

    33

    Apparat scipturaire, § 11,b

    I Thess. 5,2.

    I Thess. 5, 2. II Thess. 2, 2.

     

    35

    § 12, l. 6

    s’anathématisent les uns les autres

    se réfutent eux-mêmes

     

    35

    § 12, l. 12

    des sectes

    des écoles

     

    37

    l. 16

    patronnées par

    nommées d’après

     

    45

    § 18, l. 4

    leurs prophètes

    leurs soit-disant prophètes

     

    51

    § 22, l. 10

    ses sectateurs

     

    ses propres sectateurs

     

    51

    n. 4

    Cf. Celse, II, 70.

    Cf. Celse, II, 70 et III, 23, 17.

     

    59

    l. 17

    Cléomèdès

    Cléomède

     

    59

    n. 3, l. 2

    Descript. gr. 6, 9, 6-83

    Descript. gr. 6, 9, 6-8

     

    60

    § 25, l. 34

    γηίνου

    γηΐνου

     

    61

    § 62, l. 11

    Mésapontins

    Métapontins

     

    65

    § 27, l. 14

    prestiges

    contes merveilleux

     

    67

    l. 5

    prestiges

    contes merveilleux

     

    71

    l. 3-4 ab imo

    meme les membres les moins bons de ces églises

    même les moins bons des memebres de l’Église

     

    72

    § 80, l. 14

    τίνες

    τινὲς

     

    73

    l. 21

    l’église qui

    l’église de Dieu qui

     

    81

    l. 2 ab imo

    comme par Celui qui, médiateur

    par Celui qui, comme médiateur

     

    85

    l. 9

    Contre Jésus

    Contre notre Jésus

     

    95

    § 40, l. 14

    étant si minimes

    mais peu de chose

     

    98

    n. 1, l. 3

    résurrection, V, 23

    résurrection, IV, 57 ; V, 23

     

    103

    n. 1, l. 10

    l’Ancienne Académie

    l’Académie

     

    107

    § 45, l. 9

    demanda et obtint

    fut loué d’avoir demandé

     

    108

    Apparat scipturaire, § 45,d

    I Rois (III Rois) 5, 10-14

    I Rois (III Rois) 5, 9-14

     

    115

    l. 1

    l’invisible

    l’intelligible

     

    116

    Apparat scipturaire, § 48,b

    Tite 1, 9-11

    Tite 1, 6-11

     

    123

    l. 12

    de fautes secrètes

    d’actions blâmables

     

    124

    § 53, l. 2

    « Ἕλλησι

    Ἕλλησι

     

    141

    l. 8 ab imo

    la guérison de leurs âmes et l’appel

    la guérison et l’appel

     

    150

    Apparat critique, § 65, 17

    έπογόνως βεϐαμένοι A1

    έπομόνως βεϐαμμένοι mg A1

     

    155

    § 68, l. 10

    qu’ils

    qu’elles

     

    160

    n. 1, l. 6

    Strom. I, 17, 66, 3

    Strom. I, 17, 86, 3

     

    162

    Apparat critique, § 72, 11

    τοῦ ὑπέρ

    ὑπέρ τοῦ

     

    163

    l. 7

    l’âme

    leur âme

     

    163

    l. 8

    l’oubli

    le pardon

     

    168

    § 75, l. 8

    ἀποτρέπομεν οὓς

    ἀποτρέπομεν, οὓς

     

    169

    l. 5 ab imo

    perte celui

    perte dans l’argument celui

     

    170

    l. 27

    ἀπαλλάσσοντες

    ἀπαλλάσσομεν

     

    170

    l. 46

    Χριστιανοὶ

    Χριστιανίζοντες

     

    171

    l. 8-9

    un acte de piété de préparer et de guérir

    rendre pieux et guérir

     

    171

    l. 10

    et en libérant

    et libérer

     

    182

    n. 1, l. 4

    peut-être être

    peut-être

     

    186

    § 1, l. 7

    καθέστακά

    κατέστακά

     

    188

    Marge gauche

     

     

    Erreur de numérotation des lignes.

    190

    § 3, l. 6

    μὲν τὰ

    μὲν <τὸ> τὰ

     

    191

    § 3, l. 7

    convertir « les brebis

    convertir ce que l’Évangile appelle « les brebis

     

    207

    l. 7 ab imo

    « Il l’a dit » que de toute autre raison2.

    « Il l’a dit » à propos de Jésus plus que de tout autre2.

     

    219

    l. 2 ab imo

    seraient-elles

    seraient-ils

     

    221

    l. 10

    Logos

    Logose

    15, e. Jn 1,14

    221

    l. 7 ab imo

    différente

    autre

     

    224

    n. 1, l. 5

    Strom. I, 23, 160-163

    Strom. I, 23, 160-163

     

    233

    § 21, l. 2

    Tour de Babel comparable

    Tour comparable

     

    237

    l. 9

    leur péché

    leurs péchés

     

    243

    l. 10 et l. 18

    vers

    ver

     

    245

    l. 8 ab imo

    du Logos

    de la raison

     

    247

    l. 10 ab imo

    on compare

    on les compare

     

    251

    l. 8 ab imo

    nousf

    nous

    Corriger de même dans le texte grec.

    251

    l. 5 ab imo

    mourir

    mourirf

    Corriger de même dans le texte grec.

    251

    Apparat scipturaire, § 28,b

    Sag. 11, 26 - 12, 1-2

    Sag. 11, 26 - 12, 2

     

    251

    Apparat scipturaire, § 28,e

    I Jn 2, 8

    I Jn 2, 2

     

    256

    n. 1

    Phéniciennes, 545

    Phéniciennes, 546

     

    257

    l. 18

    injustes

    injustesd’

    30, d’. Sag. 16, 24.

    271

    l. 25

    connaissance

    connaissancea

    35, a. Os. 10, 12.

    275

    l. 2

    Palestine2, n’ayant

    Palestine2, et tout à fait incultes n’ayant

     

    275

    l. 14

    montre la précision

    montre clairement la précision

     

    276

    Apparat scipturaire, § 37

    Ex. 19, 4

    Ex. 19, 4 s.

     

    277

    l. 3

    composé les deux

    composé deux

     

    287

    l. 16

    et à les dire

    et les dire

     

    287

    l. 17

    de leur auteur

    donnée par leur auteur

     

    288

    § 40, l. 11

    Ἑλλάδα

    ἑλλάδα

     

    297

    l. 3

    donnée qui

    donnée à Celui qui

     

    300

    l. 32

    Στῶϊκῶν

    Στωϊκῶν

     

    305

    § 47, l. 2

    il

    Celse

     

    305

    l. 6 ab imo

    absurde

    absurde

     

    307

    l. 3 ab imo

    hommes

    hommes2

    2. Cf. HOMÈRE, Il. V, 544 s.

     

    309

    n. 2, l. 3

    CLÉM. ROM., h.

     

    Clement. hom.

     

    314

    Apparat scipturaire, § 50,d-e

    d. Éz. 19, 3



    e.Os. 14, 9

    d. Éz. 29, 2



    e. Os. 14, 10

     

    315

    l. 9 ab imo

    espèce.

    espèce1.

    1. Cf. PLATON, Rép. 379 c-d.

    318

    n. 2, l. 1

    Didask. 8

    Didask. 16, 23

     

    319

    l. 16-17

    de Papiscos et de Jason

    de Jason et de Papiscos

     

    341

    l. 8

    un seul traité

    ce seul traité

     

    351

    l. 9

    Aéropage

    Aréopage

     

    357

    n. 2, l. 1

    CGS 8

    CGS 7

     

    359

    § 71, l. 4

    Dieu

    Dieu

     

    387

    n. 2, l. 1 et l. 2

    SVF

    SVF

     

    393

    l. 14

    à l’image de Dieu

    à li’mage de Dieua

    83, a. Gen. 1, 26-27

    394

    n. 1, l. 2

    (= SVF III, 477).

    (= SVF III, 477) et supra I, 33, 4.

     

    401

    Titre

    V, 87

    IV, 87

     

    415

    Dernière ligne

    malice2

    malice3

     

    430

    Apparat critique, § 99

    6 ἀλλά

    ἀλλά

     

    431

    l. 2

    Phénix

    phénix

     

    434

    n. 1

    coàversion

    conversion

     

Du même auteur

  • SC 555
    SC 555

    Commentaire sur l'Épître aux Romains, tome IV

    octobre 2012

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 543
    SC 543

    Commentaire sur l'Épître aux Romains, Tome III, livres VI-VIII

    août 2011

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 539
    SC 539

    Commentaire sur l'Épître aux Romains. Tome II, livres III-V

    septembre 2010

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 532
    SC 532

    Commentaire sur l'Épître aux Romains. Tome I, livres I-II

    novembre 2009

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 461
    SC 461

    Homélies sur les Nombres, III

    avril 2001

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 442
    SC 442

    Homélies sur les Nombres, II

    mai 1999

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 120 bis
    SC 120

    Commentaire sur saint Jean, tome I

    octobre 1996

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 415
    SC 415

    Homélies sur les Nombres (I-X), tome I

    avril 1996

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 411
    SC 411

    Homélies sur les Psaumes 36 à 38

    novembre 1995

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 389
    SC 389

    Homélies sur les Juges

    avril 1993

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 385
    SC 385

    Commentaire sur saint Jean, tome V

    octobre 1992

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 376
    SC 376

    Commentaire sur le Cantique des Cantiques, tome II

    mars 1992

    La fine pointe de l'enseignement spirituel et exégétique du génial Origène, dans les années 240.

  • SC 375
    SC 375

    Commentaire sur le Cantique des Cantiques, tome I

    novembre 1991

    La fine pointe de l'enseignement spirituel et exégétique du génial Origène, dans les années 240.

  • SC 352
    SC 352

    Homélies sur Ézéchiel

    mai 1989

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 328
    SC 328

    Homélies sur Samuel

    mai 1986

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 321
    SC 321

    Homélies sur l'Exode

    octobre 1985

    L’itinéraire spirituel des croyants, par le maître alexandrin de l’exégèse.

  • SC 312
    SC 312

    Traité des principes, tome V

    mai 1984

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 302
    SC 302

    Philocalie 1-20 Sur les Écritures

    juin 1983

    Comment interpréter la Bible ? Un best of de l'œuvre controversée de l'Alexandrin.

  • SC 290
    SC 290

    Commentaire sur saint Jean, tome IV

    mars 1982

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 286
    SC 286

    Homélies sur le Lévitique, tome I

    novembre 1981

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 287
    SC 287

    Homélies sur le Lévitique, tome II

    janvier 1981

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 269
    SC 269

    Traité des principes, tome IV

    mars 1980

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 268
    SC 268

    Traité des principes, tome III

    mars 1980

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 253
    SC 253

    Traité des principes, tome II

    décembre 1978

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 252
    SC 252

    Traité des principes, tome I. Livres I et II

    décembre 1978

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 238
    SC 238

    Homélies sur Jérémie, tome II

    décembre 1977

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 232
    SC 232

    Homélies sur Jérémie, tome I

    décembre 1976

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 226
    SC 226

    Philocalie 21-27 (Sur le libre arbitre)

    décembre 1976

    Le problème du mal et le libre arbitre : un best of de l'œuvre controversée de l'Alexandrin.

  • SC 7 bis
    SC 7 bis

    Homélies sur la Genèse

    décembre 1976

    Une invitation à creuser et à boire soi-même à la source : l’origine même des Sources Chrétiennes.

  • SC 227
    SC 227

    Contre Celse, tome V

    septembre 1976

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 222
    SC 222

    Commentaire sur saint Jean, tome III

    décembre 1975

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 162
    SC 162

    Commentaire sur l'Évangile selon Matthieu, tome I

    décembre 1970

    Le plus lu des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 157
    SC 157

    Commentaire sur saint Jean, tome II

    janvier 1970

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 150
    SC 150

    Contre Celse, tome IV

    décembre 1969

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 148
    SC 148

    Remerciements à Origène

    décembre 1969

    Pédagogie et goût de la recherche : l'hommage d'un disciple à son maître, en 238.

  • SC 147
    SC 147

    Contre Celse, tome III

    décembre 1969

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 132
    SC 132

    Contre Celse, tome I

    décembre 1967

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 37 bis
    Sc 37bis

    Homélies sur le Cantique des cantiques

    décembre 1966

    La fine pointe de l'enseignement spirituel et exégétique du génial Origène, dans les années 240.

  • SC 87
    SC 87

    Homélies sur saint Luc

    décembre 1962

    « Dieu parle aujourd’hui encore dans notre assemblée » : plus que des sermons, la mise en présence du Christ.

  • SC 71
    SC 71

    Homélies sur Josué

    décembre 1960

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 67
    SC 67

    Entretien avec Héraclide

    décembre 1960

    Le Dieu chrétien est-il un, ou plusieurs ? En Arabie, vers 240, le débat est lancé.

  • SC 29

    Homélies sur les Nombres

    décembre 1951

  • SC 16

    Homélies sur l'Exode

    juillet 1947

  • Origène, Exégèse spirituelle. V (couverture)

    Exégèse spirituelle V

    décembre 2003

  • Origène, Exégèse spirituelle IV (couverture)

    Exégèse spirituelle IV

    mars 2003

  • Origène, Exégèse spirituelle III (couverture)

    Exégèse spirituelle III

    mai 2001

  • Origène, Exégèse spirituelle II (couverture)

    Exégèse spirituelle II

    septembre 2000

  • Origène, Les Ecritures, océan de mystères I (couverture)

    Les Écritures, océan de mystères

    juin 1998