• SC 71

    Origène

    Homélies sur Josué

    décembre 1960

    Texte latin de W.A. Baerhens (GCS 30) — Introduction, traduction et notes par Annie Jaubert.

    Réimpression de la première édition revue et corrigée (2000)
    ISBN : 9782204065078
    520 pages
    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

    Présentation

    Les Homélies sur Josué pourraient bien être l'une des dernières œuvres d'Origène : elles sont très probablement contemporaines de la terrible persécution de Dèce, en 249-250, où Origène lui-même fut cruellement torturé. Elles sont précieuses non seulement parce que l'auteur nous y livre une expression très mûrie de son interprétation scripturaire, mais encore parce qu'elles laissent transparaître ses préoccupations d'apôtre et de pasteur d'âmes, et permettent de découvrir un peu mieux son visage spirituel. Elles nous font également connaître le milieu chrétien de Palestine vers le milieu du IIIe siècle.

    L'introduction d'Annie Haubert comporte en particulier une excellente étude (presque 50 pages) sur le thème de la Terre promise, qui est à mettre en parallèle avec celle de Jésus-Josué par Jean Daniélou dans son livre Sacramentum futuri. Les théologiens comme les exégètes, les historiens de la littérature chrétienne comme les spirituels y trouveront certainement grand intérêt.

    Signalons, à la fin de l'Introduction, trois appendices : le premier sur l'angélologie d'Origène ; le second sur la valeur de la traduction latine de Rufin avec des comparaisons de textes grecs et latins ; le troisième rassemble quelques textes complémentaires de Justin, d'Irénée et du Pseudo-Barnabé.

    Le mot du directeur de Collection

    De ces Homélies sur Josué, l'original grec est perdu, ce qui est le sort commun de la majorité des homélies d'Origène, et nous devons à la traduction latine de Rufin d'Aquilée, l'ami puis l'adversaire de S. Jérôme, de les connaître. En abordant l'interprétation du livre de Josué, Origène avait bien conscience de la difficulté de sa tâche : comment tirer de ce récit historique qui relate l'installation des Hébreux dans la Terre Promise – une conquête âpre avec son lot de combats et de massacres –, puis la répartition des terres entre les différentes tribus, un enseignement capable de nourrir la foi de fidèles chrétiens, au milieu du IIIe siècle, et leur faire admettre, à la suite de Paul, que « toute l'Écriture est divinement inspirée » ? Origène tente de résoudre la difficulté en proposant des combats de Josué une interprétation spirituelle, en invitant à dépasser le sens littéral historique de ces récits de guerre et de carnages pour y voir une figure de la lutte à mener par le chrétien contre les démons et les passions. La conquête de la Terre Promise sous la conduite de Josué (Jésus en hébreu comme en grec) n'est que l'image charnelle de la conquête spirituelle du royaume des cieux, sous la conduite de Jésus, le chef du nouvel Israël qu'est l'Église. La doctrine du combat spirituel est donc le thème qui sous-tend toutes ces homélies. À travers les gestes et les actes de Jésus, fils de Navé, se manifestent comme en figure les mystères de Jésus, Fils de Dieu, « non point tant, note l'éditrice du texte, ceux du Jésus historique que ceux du Christ glorieux dont l'action incessante se manifeste dans les cœurs ».

    Jean-Noël Guinot

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    De ces Homélies sur Josué probablement contemporaines de la persécution de Dèce (249/250), l'original grec est perdu, ce qui est le sort commun de la majorité des homélies d'Origène, et nous devons à la traduction latine de Rufin d'Aquilée, l'ami puis l'adversaire de S. Jérôme, de les connaître. L’attribution de la version latine des Homélies sur Josué, à Rufin ne semble pas contestable : Rufin lui-même l’évoque dans la lettre à Héraclius qui fait office de commentaire sur l’épître aux Romains. La traduction a probablement été effectuée entre 398 et 404. L’édition critique publiée dans ce volume est celle de la collection Die Griechischen Christlichen Schriftsteller (30), à laquelle quelques modifications ont été apportées. Ces dernières sont suffisamment rares pour être signalées en note. La ponctuation et les guillemets des citations scripturaires ont pour leur part fait l’objet d’un important travail de révision. Tous les manuscrits disponibles des Homélies sur Josué, qui s’échelonnent de la fin du VIe siècle ou du début du VIIe siècle au XIVe siècle, remontent à un archétype commun qui daterait de la fin du Ve siècle ou du début du VIe siècle.

    En abordant l'interprétation du livre de Josué, Origène avait bien conscience de la difficulté de sa tâche : comment tirer de ce récit historique qui relate l'installation des Hébreux dans la Terre Promise – une conquête âpre avec son lot de combats et de massacres –, puis la répartition des terres entre les différentes tribus, un enseignement capable de nourrir la foi de fidèles chrétiens, au milieu du IIIe siècle, et leur faire admettre, à la suite de Paul, que « toute l'Écriture est divinement inspirée », contrairement à l’opinion des marcionites ? Origène tente de résoudre la difficulté en proposant des combats de Josué une interprétation spirituelle, en invitant à dépasser le sens littéral historique de ces récits de guerre et de carnages pour y voir une figure de la lutte à mener par le chrétien contre les démons et les passions. La conquête de la Terre Promise sous la conduite de Josué (Jésus en hébreu comme en grec) n'est que l'image charnelle de la conquête spirituelle du royaume des cieux, sous la conduite de Jésus, le chef du nouvel Israël qu'est l'Église. La doctrine du combat spirituel est donc le thème qui sous-tend toutes ces homélies, la terre promise figurant l’âme. À travers les gestes et les actes de Jésus, fils de Navé, se manifestent comme en figure les mystères de Jésus, Fils de Dieu, « non point tant, note l'éditrice du texte, ceux du Jésus historique que ceux du Christ glorieux dont l'action incessante se manifeste dans les cœurs ».

    Ces homélies offrent à Origène l’occasion d’innover dans l’exégèse du livre de Josué. Les commentateurs ultérieurs de ce livre, s’ils n’empruntent pas à Origène la totalité de son exégèse, lui sont tous, d’une manière ou d’une autre, redevables.

    Extrait(s)

    (Homélie XII, 1, p. 295)

    Si dans leur préfiguration mosaïque, le tabernacle, les sacrifices et l’ensemble du culte sont appelés « type et ombre des choses célestes », il faut dire sans aucun doute que les guerres menées par Jésus, les massacres de rois et d’ennemis sont aussi « le type et l’ombre des choses célestes », c’est-à-dire des guerres que mène Jésus notre Seigneur contre le diable et ses anges. Il les livre avec son armée et ses officiers, autrement dit avec la masse des croyants et ceux qui les dirigent. C’est Jésus, en effet, qui chez Paul et les Éphésiens combat « contre les princes, contre les puissances, contre les dominations de ce monde des ténèbres, contre les esprits mauvais répandus dans les airs. »

    Errata

    Page

    Localisation

    Texte concerné

    Correction

    Remarques

    518

    l. 2 ab imo

    La Bible d’Alexandrie, 4

    La Bible d’Alexandrie, 6

     

Du même auteur

  • SC 555
    SC 555

    Commentaire sur l'Épître aux Romains, tome IV

    octobre 2012

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 543
    SC 543

    Commentaire sur l'Épître aux Romains, Tome III, livres VI-VIII

    août 2011

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 539
    SC 539

    Commentaire sur l'Épître aux Romains. Tome II, livres III-V

    septembre 2010

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 532
    SC 532

    Commentaire sur l'Épître aux Romains. Tome I, livres I-II

    novembre 2009

    Sur une crète périlleuse, Origène chemine avec saint Paul entre liberté et grâce, foi et œuvres.

  • SC 461
    SC 461

    Homélies sur les Nombres, III

    avril 2001

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 442
    SC 442

    Homélies sur les Nombres, II

    mai 1999

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 120 bis
    SC 120

    Commentaire sur saint Jean, tome I

    octobre 1996

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 415
    SC 415

    Homélies sur les Nombres (I-X), tome I

    avril 1996

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 411
    SC 411

    Homélies sur les Psaumes 36 à 38

    novembre 1995

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 389
    SC 389

    Homélies sur les Juges

    avril 1993

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 385
    SC 385

    Commentaire sur saint Jean, tome V

    octobre 1992

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 376
    SC 376

    Commentaire sur le Cantique des Cantiques, tome II

    mars 1992

    La fine pointe de l'enseignement spirituel et exégétique du génial Origène, dans les années 240.

  • SC 375
    SC 375

    Commentaire sur le Cantique des Cantiques, tome I

    novembre 1991

    La fine pointe de l'enseignement spirituel et exégétique du génial Origène, dans les années 240.

  • SC 352
    SC 352

    Homélies sur Ézéchiel

    mai 1989

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 328
    SC 328

    Homélies sur Samuel

    mai 1986

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 321
    SC 321

    Homélies sur l'Exode

    octobre 1985

    L’itinéraire spirituel des croyants, par le maître alexandrin de l’exégèse.

  • SC 312
    SC 312

    Traité des principes, tome V

    mai 1984

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 302
    SC 302

    Philocalie 1-20 Sur les Écritures

    juin 1983

    Comment interpréter la Bible ? Un best of de l'œuvre controversée de l'Alexandrin.

  • SC 290
    SC 290

    Commentaire sur saint Jean, tome IV

    mars 1982

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 286
    SC 286

    Homélies sur le Lévitique, tome I

    novembre 1981

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 287
    SC 287

    Homélies sur le Lévitique, tome II

    janvier 1981

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 269
    SC 269

    Traité des principes, tome IV

    mars 1980

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 268
    SC 268

    Traité des principes, tome III

    mars 1980

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 253
    SC 253

    Traité des principes, tome II

    décembre 1978

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 252
    SC 252

    Traité des principes, tome I. Livres I et II

    décembre 1978

    La foi jusqu'à la spéculation ? Le plus ardu et le plus passionnant des ouvrages de l'Alexandrin.

  • SC 238
    SC 238

    Homélies sur Jérémie, tome II

    décembre 1977

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 232
    SC 232

    Homélies sur Jérémie, tome I

    décembre 1976

    L'Ancien Testament devient « nouveau » lorsqu'on entend prêcher l'Alexandrin !

  • SC 226
    SC 226

    Philocalie 21-27 (Sur le libre arbitre)

    décembre 1976

    Le problème du mal et le libre arbitre : un best of de l'œuvre controversée de l'Alexandrin.

  • SC 7 bis
    SC 7 bis

    Homélies sur la Genèse

    décembre 1976

    Une invitation à creuser et à boire soi-même à la source : l’origine même des Sources Chrétiennes.

  • SC 227
    SC 227

    Contre Celse, tome V

    septembre 1976

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 222
    SC 222

    Commentaire sur saint Jean, tome III

    décembre 1975

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 162
    SC 162

    Commentaire sur l'Évangile selon Matthieu, tome I

    décembre 1970

    Le plus lu des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 157
    SC 157

    Commentaire sur saint Jean, tome II

    janvier 1970

    Le plus divin des Évangiles, commenté par le génial Origène dans les années 230.

  • SC 150
    SC 150

    Contre Celse, tome IV

    décembre 1969

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 148
    SC 148

    Remerciements à Origène

    décembre 1969

    Pédagogie et goût de la recherche : l'hommage d'un disciple à son maître, en 238.

  • SC 147
    SC 147

    Contre Celse, tome III

    décembre 1969

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 136
    SC 136

    Contre Celse, tome II

    décembre 1968

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 132
    SC 132

    Contre Celse, tome I

    décembre 1967

    Un philosophe païen défie le christianisme ? La réponse d'Origène au milieu du 3e siècle.

  • SC 37 bis
    Sc 37bis

    Homélies sur le Cantique des cantiques

    décembre 1966

    La fine pointe de l'enseignement spirituel et exégétique du génial Origène, dans les années 240.

  • SC 87
    SC 87

    Homélies sur saint Luc

    décembre 1962

    « Dieu parle aujourd’hui encore dans notre assemblée » : plus que des sermons, la mise en présence du Christ.

  • SC 67
    SC 67

    Entretien avec Héraclide

    décembre 1960

    Le Dieu chrétien est-il un, ou plusieurs ? En Arabie, vers 240, le débat est lancé.

  • SC 29

    Homélies sur les Nombres

    décembre 1951

  • SC 16

    Homélies sur l'Exode

    juillet 1947

  • Origène, Exégèse spirituelle. V (couverture)

    Exégèse spirituelle V

    décembre 2003

  • Origène, Exégèse spirituelle IV (couverture)

    Exégèse spirituelle IV

    mars 2003

  • Origène, Exégèse spirituelle III (couverture)

    Exégèse spirituelle III

    mai 2001

  • Origène, Exégèse spirituelle II (couverture)

    Exégèse spirituelle II

    septembre 2000

  • Origène, Les Ecritures, océan de mystères I (couverture)

    Les Écritures, océan de mystères

    juin 1998