• SC 28 bis

    Jean Chrysostome

    Sur l'incompréhensibilité de Dieu
    Homélies I-V

    décembre 1970

    Introduction par Jean Daniélou. — Texte critique et notes par Anne-Marie Malingrey. — Traduction par Robert Flacelière.

    Ouvrage publié avec le concours de l'Œuvre d'Orient.
    Deuxième édition (remplace le n° 28 paru en 1951)
    ISBN : 9782204065696
    320 pages
    Indisponible chez notre éditeur
    Croire tout savoir sur Dieu, quelle folie ! Cinq bijoux d'éloquence, par Jean Bouche d'or.

    Présentation

    La vie de l'Église au IVe siècle, en Orient d'abord, puis en Occident, a été profondément troublée par l'hérésie arienne, dont les avatars doctrinaux et politiques furent nombreux et complexes, même après la condamnation d'Arius au concile de Nicée (325). En s'appuyant sur un certain nombre de versets de l'Écriture, les anoméens, à la suite d'Arius, s'efforçaient de préciser, par une réflexion purement rationnelle, les rapports que l'on pouvait établir entre les trois personnes de la Trinité. Par sa simplicité, sa fausse clarté, son exaltation de l'intelligence humaine, en même temps que par un certain accent de piété, l'erreur était séduisante. Selon les anoméens, rien n'était plus aisé que de connaître l'essence divine ; or le Père seul possédait cette divinité, tandis que le Fils et l'Esprit-Saint n'étaient que des êtres créés, donc d'une autre substance que le Père. Selon son tempérament et sa culture, chacun des Pères a voulu réfuter la doctrine d'Arius.
    Évitant tout jargon théologique inaccessible aux simples fidèles, mais avec une grande sûreté dogmatique, Jean Chrysostome expose, dans les cinq homélies ici présentées, l'impossibilité où se trouve l'homme, en raison de sa condition de créature et des limites de son intelligence, de comprendre par ses propres moyens l'essence de Dieu, son créateur. Pour avancer sur la voie de cette connaissance, il lui faut méditer la révélation apportée par le Christ sur les trois personnes trinitaires.

    Le mot du directeur de Collection

    Le traité Sur l'incompréhensibilité [de Dieu], rédigé par Jean Chrysostome pour réfuter l'une des formes les plus subtiles de l'hérésie arienne, expose en un langage accessible aux simples fidèles le mystère trinitaire, en dénonçant la prétention des ariens à connaître l'essence de Dieu par les seules voies de l'intelligence humaine et à déduire de leurs raisonnements que le Fils et l'Esprit Saint sont d'une autre essence que le Père.

    (J.-N. Guinot, 2000)

    Jean-Noël Guinot

Du même auteur

  • SC 595
    • SC 595
      Panégyriques des martyrs, tome I
      juin 2018
      Le spectacle du martyre devient le lieu de la grâce : quand « Bouche d'Or » fait parler des voix qui n'ont plus de bouche.
  • SC 562
    • SC 562
      Homélies sur la résurrection, l'Ascension et la Pentecôte. Tome 2
      septembre 2014
      « Chaque jour est une fête » : un plaidoyer pour une spiritualité du quotidien.
  • SC 561
    • SC 561
      Homélies sur la résurrection, l'Ascension et la Pentecôte. Tome 1
      novembre 2013
      « Chaque jour est une fête » : un plaidoyer pour une spiritualité du quotidien.
  • SC 560
    • SC 560
      Homélies sur l'impuissance du diable
      octobre 2013
      Non, le mal n'est pas naturel, et oui, l'homme est libre, dit Jean « Bouche d'or ».
  • SC 433
    • SC 433
      Sermons sur la Genèse
      octobre 1998
      L'éminente dignité de l'homme et de la femme dans la création, par Jean Bouche d'or.
  • SC 396
    • SC 396
      Sur l'égalité du Père et du Fils
      janvier 1994
      Le credo de Nicée pour les nuls, ou l'éloquence vivante de « Bouche d'or ».
  • SC 366
    • SC 366
      Trois catéchèses baptismales
      octobre 1990
      Sur le seuil du Royaume des cieux, les futurs baptisés d'Antioche écoutent Jean Bouche d'or.
  • SC 362
    • SC 362
      Sur Babylas
      mars 1990
      Plus fort qu'un empereur païen, l'évêque d'Antioche mort en martyr ! Une virulente apologie du christianisme, par Jean Bouche d'or.
  • SC 348
    • SC 348
      Commentaire sur Job, tome II
      novembre 1988
      « Être un homme: c'est là un premier éloge ». Job, modèle du chrétien pour Jean Bouche d'or.
  • SC 346
    • SC 346
      Commentaire sur Job, tome I
      juin 1988
      « Être un homme: c'est là un premier éloge ». Job, modèle du chrétien pour Jean Bouche d'or.
  • SC 304
    • SC 304
      Commentaire sur Isaïe
      juin 1983
      L'esprit et la « liberté de langage » du prophète, vus par Jean Bouche d'or.
  • SC 300
    • SC 300
      Panégyriques de saint Paul
      novembre 1982
      « L'imitation de saint Paul », ou la vie chrétienne selon Jean Bouche d'or.
  • SC 277
    • SC 277
      Homélies sur Ozias
      février 1981
      « Saint, Saint, Saint ! » Le cri de ravissement sans fin des Séraphins… et des chrétiens.
  • SC 272
    • SC 272
      Sur le sacerdoce
      janvier 1980
      Les fausses confidences et les vrais conseils d'un pasteur qui inspire les prêtres depuis 15 siècles.
  • SC 188
    • SC 188
      Sur la vaine gloire et l'éducation des enfants
      mai 1972
      Une méthode moderne pour le caté : inspirée par le païen Plutarque, elle est signée de Jean Chrysostome au 4e siècle !
  • SC 50 bis
    • SC 50bis
      Huit catéchèses baptismales inédites
      décembre 1970
      À Antioche, cette année-là, les nouveaux baptisés resplendissent plus que le ciel étoilé.
  • SC 13 bis
    • SC 13 bis
      Lettres à Olympias
      décembre 1968
      Entre la diaconesse et l'évêque exilé, l'amitié et la foi résistent à la distance et aux persécutions.
  • SC 138
    • SC 138
      À une jeune veuve. Sur le mariage unique
      juin 1968
      Se remarier, ou rester veuve ? La réponse du fils d'une jeune veuve qui a choisi de le rester.
  • SC 125
    • SC 125
      La Virginité
      décembre 1966
      Le mariage, c'est bien, la virginité, c'est mieux : Jean Chrysostome s'explique.
  • SC 117
    • SC 117
      À Théodore
      avril 1966
      Un moine est parti et veut se marier ? Jean « Bouche d'or » tente de le faire revenir.
  • SC 103
    • SC 103
      Lettre d'exil
      décembre 1964
      Il n'est point de pire mal que celui qu'on se fait à soi-même, écrit l'évêque persécuté et bientôt abandonné à la mort.
  • SC 79
    • SC 79
      Sur la providence de Dieu
      décembre 1961
      Le scandale du mal, médité par l'évêque persécuté et bientôt abandonné à la mort.