• SC 346

    Jean Chrysostome

    Commentaire sur Job, tome I
    (Chapitres I-XIV)

    juin 1988

    Introduction, texte critique, traduction et notes par Henri Sorlin, avec la collaboration de Louis Neyrand, s.j.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique.
    ISBN : 9782204030076
    366 pages
    « Être un homme: c'est là un premier éloge ». Job, modèle du chrétien pour Jean Bouche d'or.

    Présentation

    On connaissait, depuis longtemps, par la tradition littéraire et par les chaînes exégétiques, l'existence d'un commentaire grec sur le Livre de Job attribué à S. Jean Chrysostome. Ce commentaire n'avait jamais, jusqu'à maintenant, été publié. M. l'abbé Sorlin, prêtre du diocèse de Clermont-Ferrand, dans sa thèse soutenue en 1975 devant l'Université Lyon II, a établi sur des bases nouvelles et élargies l'authenticité chrysostomienne de ce commentaire.

    L'édition critique de ce texte, en deux volumes, permet d'accéder à l'interprétation que le plus grand orateur de l'antiquité chrétienne a donné de l'un des livres les plus dramatiques de l'Écriture et même de la littérature universelle.

    Sans doute, sous la plume de ce père, ne trouvera-t-on pas de spéculations sur le problème du mal. Chrysostome est un antiochien, attaché à l'exégèse littérale et morale. La grandeur du mystère de Dieu, l'omniprésence de la Providence, le rôle de la tentation et de la liberté, l'énigme de la mort, la souffrance du juste et la prospérité de l'impie, le danger des richesses, l'éducation des enfants, le détachement des biens de ce monde qui, finalement, n'appartient qu'à Dieu, voilà les questions auxquelles le commentateur s'efforce de répondre, parce que se sont celles de ses auditeurs. Ce sont encore les nôtres aujourd'hui.

    Le mot du directeur de Collection

    Voici, en deux volumes (SC 346 et 348), la première édition critique du Commentaire sur Job de Jean Chrysostome, connu seulement jusqu'ici par la tradition littéraire et par les chaînes ; l'authenticité chrysostomienne de cet ouvrage est désormais solidement établie.

    Henri Sorlin, prêtre du diocèse de Clermont-Ferrand, édite ici sa thèse soutenue en 1975 à l'Université Lyon II. Cette édition offre le texte critique, à partir des témoins directs et des chaînes, d'un ouvrage inédit dans son ensemble.

    Jointe à l'intérêt humain et spirituel que revêt la confrontation du grand orateur chrétien avec le problème de la souffrance et du mal, la qualité du commentaire ainsi restitué ne saurait être assez soulignée.

    Quelques erreurs typographiques s'étant glissées dans le premier tome, un erratum a été imprimé à la fin du second.

    Dominique Bertrand

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Le Commentaire sur Job attribué à Chrysostome, ici édité d’après deux témoins directs ainsi que d’après 6 manuscrits de chaînes exégétiques, est complet. Son authenticité est ici appuyée sur des arguments de critique externe (manuscrits, témoignages de Jean Damascène et de la Syro-Hexaplaire notamment) et interne (texte scripturaire, méthode exégétique, thèmes pastoraux, style), avec en appendice une comparaison avec l’homélie Sur les combats et les luttes du bienheureux et juste Job, 4e de la série des « Homélies nouvelles » de Montfaucon.

    Le premier tome comprend  les 14 premiers chapitres.

     

    Extrait(s)

    Voici un passage tiré du prologue (p. 81-83) :

    « Job n’était pas de la lignée d’Abraham, ou, plus précisément, il n’était pas de celle de Jacob, et il habitait même dans un pays étranger. Tu le vois : Dieu a envoyé des maîtres à tous les hommes. Toi, remarque comment, dès le départ, la connaissance de Dieu était partout manifeste. Tu peux voir, en effet, que même les amis de Job avaient aussi une notion de Dieu. Qui les en avait instruits ? Qui la leur avait annoncée ? Car à mon avis, Job est antérieur à la Loi ; c’est l’évidence même. Aussi, pourrait-on dire, à juste titre, c’est ce livre-là qui, le premier, a comme enseigné et proclamé la connaissance de Dieu, mais à travers une vie de patience, c’est évident. Il fallait, en outre, qu’il y eût des signes à son sujet, pour que, sous ce rapport aussi, le maître fût parfait. […] De même, en effet, que Dieu a laissé Lazare mort durant quatre jours, pour qu’on ne pût douter de sa résurrection, de même il a laissé l’épreuve de Job se prolonger, à la fois pour montrer sa patience et pour accréditer le prodige de sa transformation. Car ceux qui l’avaient vu dans un tel état et qui le bafouaient, le voyant ensuite transformé, ne contesteraient plus qu’il s’agissait du même homme. »

    Errata

    Page

    Localisation

    Texte concerné

    Correction

    Remarques

    10

    n. 3

    Université de Lyon II

    Université Lyon II

     

    17

    l. 21

    L M; XXI, 1, 15

    L M ; XXXI, 1, 15

     

    40

    Apparat critique, l. 2

    XX, 8, 19

    XX, 6, 19-20

     

    46

    n. 1, l. 16

    auparavait

    auparavant

     

    61

    l. 9 ab imo

    foi

    loi

     

    101

    Apparat scripturaire

    x. Cf. Ex. 32,6

    x. Ex. 32,6

     

    108

    Apparat scripturaire

    k. Gen. 48, 16

    k. Gen. 48, 15-16

     

    138

    § 23, l. 8

    διάϐόλῳ

    διαϐόλῳ

     

    159

    Apparat scripturaire

    e. Zach. 1, 10-11

    e. Cf. Zach. 1, 10-11

     

    178

    Apparat scripturaire

    Jn 16, 16 ; Hébr. 11, 37

    Jn 13, 33

     

    207

    Apparat scripturaire

    r. Cf. Rom. 10, 34

    r. Cf. Rom. 8, 34

     

    228

    § 11, l. 7

    δικαιοσυν’ης

    δικαιοσύνης

     

    278

    Apparat scripturaire

    j. cf. Ps. 26, 14 ; 36, 24 ;

    j. Cf. Ps. 26, 14 ;

     

    280

    § 5, l. 3

    ὁλιγοξρόνιός

    ὀλιγοξρόνιός

     

    310

    § 14, l. 11

    ἀντίσταται

    ἀνθίσταται

     

Du même auteur

  • SC 595
    SC 595

    Panégyriques des martyrs, tome I

    juin 2018

    Le spectacle du martyre devient le lieu de la grâce : quand « Bouche d'Or » fait parler des voix qui n'ont plus de bouche.

  • SC 562
    SC 562

    Homélies sur la résurrection, l'Ascension et la Pentecôte. Tome 2

    septembre 2014

    « Chaque jour est une fête » : un plaidoyer pour une spiritualité du quotidien.

  • SC 561
    SC 561

    Homélies sur la résurrection, l'Ascension et la Pentecôte. Tome 1

    novembre 2013

    « Chaque jour est une fête » : un plaidoyer pour une spiritualité du quotidien.

  • SC 560
    SC 560

    Homélies sur l'impuissance du diable

    octobre 2013

    Non, le mal n'est pas naturel, et oui, l'homme est libre, dit Jean « Bouche d'or ».

  • SC 433
    SC 433

    Sermons sur la Genèse

    octobre 1998

    L'éminente dignité de l'homme et de la femme dans la création, par Jean Bouche d'or.

  • SC 396
    SC 396

    Sur l'égalité du Père et du Fils

    janvier 1994

    Le credo de Nicée pour les nuls, ou l'éloquence vivante de « Bouche d'or ».

  • SC 366
    SC 366

    Trois catéchèses baptismales

    octobre 1990

    Sur le seuil du Royaume des cieux, les futurs baptisés d'Antioche écoutent Jean Bouche d'or.

  • SC 362
    SC 362

    Sur Babylas

    mars 1990

    Plus fort qu'un empereur païen, l'évêque d'Antioche mort en martyr ! Une virulente apologie du christianisme, par Jean Bouche d'or.

  • SC 348
    SC 348

    Commentaire sur Job, tome II

    novembre 1988

    « Être un homme: c'est là un premier éloge ». Job, modèle du chrétien pour Jean Bouche d'or.

  • SC 304
    SC 304

    Commentaire sur Isaïe

    juin 1983

    L'esprit et la « liberté de langage » du prophète, vus par Jean Bouche d'or.

  • SC 300
    SC 300

    Panégyriques de saint Paul

    novembre 1982

    « L'imitation de saint Paul », ou la vie chrétienne selon Jean Bouche d'or.

  • SC 277
    SC 277

    Homélies sur Ozias

    février 1981

    « Saint, Saint, Saint ! » Le cri de ravissement sans fin des Séraphins… et des chrétiens.

  • SC 272
    SC 272

    Sur le sacerdoce

    janvier 1980

    Les fausses confidences et les vrais conseils d'un pasteur qui inspire les prêtres depuis 15 siècles.

  • SC 188
    SC 188

    Sur la vaine gloire et l'éducation des enfants

    mai 1972

    Une méthode moderne pour le caté : inspirée par le païen Pseudo-Plutarque, elle est signée de Jean Chrysostome au 4e siècle !

  • SC 50 bis
    SC 50bis

    Huit catéchèses baptismales inédites

    décembre 1970

    À Antioche, cette année-là, les nouveaux baptisés resplendissent plus que le ciel étoilé.

  • SC 28 bis
    SC 28bis

    Sur l'incompréhensibilité de Dieu

    décembre 1970

    Croire tout savoir sur Dieu, quelle folie ! Cinq bijoux d'éloquence, par Jean Bouche d'or.

  • SC 13 bis
    SC 13 bis

    Lettres à Olympias

    décembre 1968

    Entre la diaconesse et l'évêque exilé, l'amitié et la foi résistent à la distance et aux persécutions.

  • SC 138
    SC 138

    À une jeune veuve. Sur le mariage unique

    juin 1968

    Se remarier, ou rester veuve ? La réponse du fils d'une jeune veuve qui a choisi de le rester.

  • SC 125
    SC 125

    La Virginité

    décembre 1966

    Le mariage, c'est bien, la virginité, c'est mieux : Jean Chrysostome s'explique.

  • SC 117
    SC 117

    À Théodore

    avril 1966

    Un moine est parti et veut se marier ? Jean « Bouche d'or » tente de le faire revenir.

  • SC 103
    SC 103

    Lettre d'exil

    décembre 1964

    Il n'est point de pire mal que celui qu'on se fait à soi-même, écrit l'évêque persécuté et bientôt abandonné à la mort.

  • SC 79
    SC 79

    Sur la providence de Dieu

    décembre 1961

    Le scandale du mal, médité par l'évêque persécuté et bientôt abandonné à la mort.