• SC 316

    Tertullien

    La Pénitence

    novembre 1984

    Introduction, texte critique, traduction et commentaire par Charles Munier.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique.
    ISBN : 9782204023078
    256 pages
    Quelle pénitence, avant et après le baptême ? L'éclairage du théologien carthaginois.

    Présentation

    La discipline du sacrement de la Pénitence, plutôt nommé depuis le nouvel ordo de 1974 sacrement de la Réconciliation, a beaucoup varié au cours des siècles. Il n'en est que plus frappant de voir que l'essentiel est déjà en place dès le début du IIIe siècle dans le premier traité de la littérature chrétienne consacré à ce sujet : La Pénitence, de Tertullien.
    Déjà il est enseigné que la pénitence ne doit pas se réduire au rite, si on la désire signifiante et fructueuse. Déjà il est montré que l'attitude intérieure, à cultiver dans le quotidien de l'existence, trouve son accomplissement ecclésial, une première fois dans le Baptême et, s'il le faut, dans la Pénitence, que Tertullien appelle de manière expressive : « la seconde planche de salut » ; ici apparaît, puissamment décrite, l'exomologèse, la reconnaissance publique de la faute. Déjà surtout le fond vivifiant est manifesté, à travers le commentaire chaleureux des paraboles de la miséricorde et de la tendresse de Dieu : la drachme, la brebis perdue, le retour de l'enfant prodigue.
    Ce traité n'a rien de froidement théologique. Face à des chrétiens tentés – déjà – de mauvaise conscience paresseuse, Tertullien plaide la cause avec tous ses talents, mais plus encore avec son expérience toute neuve de converti.

    Professeur d'Histoire de l'Église ancienne à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, Charles Munier a publié en 1980 dans cette même collection les deux livres du traité À son épouse, de Tertullien.

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Trois témoins transmettent le texte :

    • le corpus dit Cluniacense, qui comporte deux groupes. Dans le premier, on trouve une copie complète du corpus acquise par Niccol Niccoli, conservée à Florence ; le Gorziensis et le Divionensis. Le deuxième groupe est issu de l’Hirsaugiensis, qui est la source unique de l’édition princeps de Beatus Rhenanus (1521) ; deux copies en ont été faites, l’une est conservée à Florence, l’autre au Luxembourg.
    • un manuscrit copié à Clairvaux (Troyes, bibliothèque municipale, 523) ;
    • l’Ottobonianus latinus 25 (Rome, bibliothèque vaticane, XIIIe siècle).

    Les deux derniers présentent un texte incomplet.

    Le De paenitentia fait partie d’un ensemble d’écrits qui caractérisent, par le fond et la forme, une période précise de la vie de Tertullien. Comme le De oratione, le De baptismo, le De patientia, il traite de problèmes d’ordre moral et de discipline sous une forme d’origine parénétique. Il s’agit d’instructions adressées à la communauté, dans une intention didactique. Tertullien y déploie toute la gamme de son talent oratoire, sans prétendre exposer de manière systématique la doctrine pénitentielle. Il offre cependant des renseignements précieux sur l’institution pénitentielle en usage au début du IIIe siècle et constitue une ébauche doctrinale d’une théologie de la pénitence.

    La première partie (I-V) traite de la pénitence en général : la pénitence des païens (I), celle des chrétiens (II-V).

    La seconde (VI-XI) examine les questions particulières concernant la pénitence pré-baptismale (VI) et l’institution pénitentielle prévue pour les péchés commis après le baptême (VII-XII).

    L’ouvrage s’achève sur une péroraison (XII).

    Extrait(s)

    X, 8-10 (p. 184-185)

    8. En est-on au point de comparer l’opinion des hommes et le jugement de Dieu ? Ou bien vzut-il mieux être condamné en secret que d’être absous en public ? 9. Mais il est pénible d’en arriver ainsi à l’exomologèse. Pourtant, en arriver là est le parti préférable, à mon sens ; mais quand il faut faire pénitence, la peine disparaît, car c’est un acte qui confère le salut. 10. Il est pénible d’être amputé, brûlé par le cautère, torturé par la morsure de certaines poudres ; pourtant les remèdes qui guérissent au prix d’un désagrément justifient la peine qu’ils causent par le profit de la guérison et font accepter le mal présent par la perspective des avantages qui doivent survenir.

Du même auteur

  • SC 601
    SC 601

    De l'âme

    novembre 2019

    L'âme, les rêves, le sexe, l'embryon, la mort : Tertullien lance le débat chez les chrétiens (vers 210).

  • SC 513
    SC 513

    Le Manteau

    septembre 2007

    Pourquoi porter le manteau du philosophe plutôt que la toge romaine ? Un signe personnel très fort pour le Carthaginois.

  • SC 483
    SC 483

    Contre Marcion, tome V

    juillet 2004

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 456
    SC 456

    Contre Marcion, tome IV

    février 2001

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 439
    SC 439

    Contre Hermogène

    mars 1999

    La matière est-elle éternelle ? Et d'où vient le mal ? Tertullien tord le cou aux idées fausses.

  • SC 424
    SC 424

    Le Voile des vierges

    septembre 1997

    Voilées, les femmes chrétiennes, pendant la liturgie ? Le Carthaginois devenu schismatique expose son avis.

  • SC 399
    SC 399

    Contre Marcion, tome III

    juin 1994

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 395
    SC 395

    La Pudicité, tome II

    décembre 1993

    L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.

  • SC 394
    SC 394

    La Pudicité, tome I

    décembre 1993

    L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.

  • SC 368
    SC 368

    Contre Marcion, tome II

    mars 1991

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 365
    SC 365

    Contre Marcion, tome I

    décembre 1990

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 343
    SC 343

    Le Mariage unique

    juin 1988

    Doit-on ou peut-on se remarier ? Le Carthaginois répond, selon la mentalité de son temps.

  • SC 332
    SC 332

    Les Spectacles

    octobre 1986

    Violence, pornographie, inepties : pour le Carthaginois, les spectacles sont incompatibles avec la vie chrétienne.

  • SC 319
    SC 319

    Exhortation à la chasteté

    juin 1985

    Chasteté et continence : dans un débat pastoral incessant, la position rigoriste du Carthaginois.

  • SC 310
    SC 310

    De la patience

    février 1984

    La patience, un trait proprement divin : la réflexion du grand théologien carthaginois.

  • SC 281
    SC 281

    Contre les Valentiniens, tome II

    janvier 1981

    Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.

  • SC 280
    SC 280

    Contre les Valentiniens, tome I

    janvier 1981

    Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.

  • SC 273
    SC 273

    À son épouse

    janvier 1980

    « Deux en une seule chair » : la lettre d’un chrétien d’Afrique à sa femme, et un idéal du mariage.

  • SC 217
    SC 216

    La chair du Christ, tome II

    septembre 1976

    Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.

  • SC 216
    SC 216

    La chair du Christ, tome I

    décembre 1975

    Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.

  • SC 173
    SC 173

    La Toilette des femmes

    décembre 1971

    La coquetterie a-t-elle sa place dans l'Église ? Une harangue du Carthaginois.

  • SC 46
    SC 46

    Traité de la prescription contre les hérétiques

    juin 1957

    Qui a le droit de citer les Écritures ? L'avis du premier théologien latin.

  • SC 35
    SC 35

    Traité du baptême

    décembre 1952

    Pas nécessaire, le baptême ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.

  • Tertullien, Le baptême (couverture)

    Le baptême, le premier traité chrétien

    septembre 1976