• SC 513

    Tertullien

    Le Manteau
    (De Pallio)

    septembre 2007

    Introduction, texte critique, traduction, commentaire et index par Marie Turcan.

    Révision assurée par Dominique Gonnet.
    ISBN : 9782204084932
    253 pages
    Pourquoi porter le manteau du philosophe plutôt que la toge romaine ? Un signe personnel très fort pour le Carthaginois.

    Présentation

    Ayant un jour renoncé à la toge pour porter le manteau court des philosophes grecs, Tertullien s'en explique devant la bonne société cultivée de Carthage. Dans une langue chatoyante et recherchée, digne du grand conférencier que fut Apulée, il affirme s'être conformé au passé, à la nature, avoir choisi la commodité et surtout la liberté de parole proverbiale des cyniques. Vêtu comme eux, il pourra comme eux combattre les vices et prêcher la vertu. Il en profite pour glisser quelques vérités propres à initier au christianisme ce public païen qui en ignore tout.

    Le mot du directeur de Collection

    Eh bien, oui : Tertullien a changé de tenue. Il a troqué la vieille toge latine pour le manteau grec, et cela nous vaut ce curieux traité qui fait l'éloge du changement d'apparence, avec moult exemples à l'appui venus de la mythologie, de l'ethnologie, de la zoologie même… Mais en vérité, enfiler son manteau est un acte existentiel, quand avec lui on endosse et revendique un genre de vie, celui de la philosophie – entendez, la vraie : le christianisme – et par voie de conséquence une certaine rupture avec la société ambiante et ses convenances. Avoir à s'en expliquer n'était pas pour déplaire à Tertullien, qui y voyait une nouvelle occasion de faire œuvre apologétique pour la foi nouvelle, sur le mode provoquant qui lui est cher ; mais cette fois, l'œuvre est tellement allusive et étrange qu'on se demande jusqu'au bout ce qu'elle veut vraiment dire, et que son interprétation a fait dépenser beaucoup d'encre et d'ingéniosité. Il fallait l'érudition de Marie Turcan, et sa connaissance intime de l'œuvre du Carthaginois, pour venir à bout de la traduction et du commentaire de ce brillant pamphlet, dont chaque allusion est explicitée. Badinage ? Profession de foi codée ? Œuvre de jeunesse ? de vieillesse ? Toutes les questions qui ont été posées à propos de cette œuvre sont ici traitées avec rigueur et finesse, dans un style vivant et dense.

    Bernard Meunier

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Si les pages du De pallio sont considérées comme les plus brillantes et les plus obscures à la fois de Tertullien, la tradition textuelle du traité n’y est pas pour rien, puisque le texte nous est parvenu en très mauvais état. En effet, les manuscrits que nous conservons actuellement de l’œuvre datent du XVe siècle et appartiennent tous à la famille de Cluny, ayant été copiés au XIe siècle sur des exemplaires eux-mêmes venus d’Espagne au VIe siècle. Le premier éditeur à avoir imprimé le De pallio, Rhenanus, avait eu accès en 1521 à des manuscrits antérieurs au XVe siècle, comme Saumaise cent ans plus tard, en 1622. L’editio princeps de Rhenanus est fondée sur une famille de manuscrits qui pourrait dériver d’un même archétype perdu que les manuscrits clunisiens, les Hirsaugienses, tirant leur nom d’un manuscrit, perdu, de Hirsau, datant sans doute du XIIe siècle. La présente édition offre un texte critique nouveau, retenant le meilleur des conjectures des éditions précédentes. Cependant, le caractère très énigmatique du texte rend difficile la reconstitution d’un texte latin indiscutable, et chaque éditeur fait du mieux qu’il peut. Ce même caractère rend difficile la datation du traité, au point que certains doutèrent même qu’il fût de la main de Tertullien. Parmi toutes les datations proposées, M. Turcan retient celle de 209.

    Extrait(s)

    (II, 7, p. 113-117)

    Mais à quoi bon désormais le passé, quand notre propre carrière est sous nos yeux ? Quelle portion de l’univers remodelée par notre époque ! Que de villes fondées, agrandies, restaurées par la triple Valeur de l’Empire d’aujourd’hui ! Dieu favorisant ensemble tant d’Augustes, que de fortunes enregistrées, que de populations libérées, que de sénats illustrés, que de barbares écartés ! En vérité, l’univers est la campagne parfaitement cultivée de cet empire, maintenant qu’en ont été extirpés tout l’aconit de l’hostilité et de la ronce épineuse de la fourberie familiale : mieux pensé et plus agréable encore que le verger d’Alcinoos et que la roseraie de Midas ! Pourquoi donc, en louant les changements de l’univers, censurer ceux de l’homme ?

Du même auteur

  • SC 601
    • SC 601
      De l'âme
      novembre 2019
      L'âme, les rêves, le sexe, l'embryon, la mort : Tertullien lance le débat chez les chrétiens (vers 210).
  • SC 483
    • SC 483
      Contre Marcion, tome V
      juillet 2004
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 456
    • SC 456
      Contre Marcion, tome IV
      février 2001
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 439
    • SC 439
      Contre Hermogène
      mars 1999
      La matière est-elle éternelle ? Et d'où vient le mal ? Tertullien tord le cou aux idées fausses.
  • SC 424
    • SC 424
      Le Voile des vierges
      septembre 1997
      Voilées, les femmes chrétiennes, pendant la liturgie ? Le Carthaginois devenu schismatique expose son avis.
  • SC 399
    • SC 399
      Contre Marcion, tome III
      juin 1994
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 395
    • SC 395
      La Pudicité, tome II
      décembre 1993
      L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.
  • SC 394
    • SC 394
      La Pudicité, tome I
      décembre 1993
      L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.
  • SC 368
    • SC 368
      Contre Marcion, tome II
      mars 1991
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 365
    • SC 365
      Contre Marcion, tome I
      décembre 1990
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 343
    • SC 343
      Le Mariage unique
      juin 1988
      Doit-on ou peut-on se remarier ? Le Carthaginois répond, selon la mentalité de son temps.
  • SC 332
    • SC 332
      Les Spectacles
      octobre 1986
      Violence, pornographie, inepties : pour le Carthaginois, les spectacles sont incompatibles avec la vie chrétienne.
  • SC 319
    • SC 319
      Exhortation à la chasteté
      juin 1985
      Chasteté et continence : dans un débat pastoral incessant, la position rigoriste du Carthaginois.
  • SC 316
    • SC 316
      La Pénitence
      novembre 1984
      Quelle pénitence, avant et après le baptême ? L'éclairage du théologien carthaginois.
  • SC 310
    • SC 310
      De la patience
      février 1984
      La patience, un trait proprement divin : la réflexion du grand théologien carthaginois.
  • SC 281
    • SC 281
      Contre les Valentiniens, tome II
      janvier 1981
      Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.
  • SC 280
    • SC 280
      Contre les Valentiniens, tome I
      janvier 1981
      Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.
  • SC 273
    • SC 273
      À son épouse
      janvier 1980
      « Deux en une seule chair » : la lettre d’un chrétien d’Afrique à sa femme, et un idéal du mariage.
  • SC 217
    • SC 216
      La Chair du Christ, tome II
      septembre 1976
      Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.
  • SC 216
    • SC 216
      La Chair du Christ, tome I
      décembre 1975
      Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.
  • SC 173
    • SC 173
      La Toilette des femmes
      décembre 1971
      La coquetterie a-t-elle sa place dans l'Église ? Une harangue du Carthaginois.
  • SC 46
    • SC 46
      Traité de la prescription contre les hérétiques
      juin 1957
      Qui a le droit de citer les Écritures ? L'avis du premier théologien latin.
  • SC 35
    • SC 35
      Traité du baptême
      décembre 1952
      Pas nécessaire, le baptême ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.
    • Tertullien, Le baptême (couverture)
      Le baptême, le premier traité chrétien
      septembre 1976