• SC 601

    Tertullien

    De l'âme

    novembre 2019

    Introduction, texte latin, apparats et notes par Jerónimo Leal. Traduction par Paul Mattei.

     

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre.
    Révision assurée par Guillaume BadyYasmine Ech Chael.
    ISBN : 9782204130004
    484 pages
    L'âme, les rêves, le sexe, l'embryon, la mort : Tertullien lance le débat chez les chrétiens (vers 210).

    Présentation

    Composé vers 210-211, le traité De l’âme de Tertullien est l’œuvre fondatrice d’un genre littéraire dans la littérature chrétienne. Se démarquant de Platon et se référant au stoïcisme, le polémiste latin s’y oppose aux tenants (gnostiques) de la préexistence et de la transmigration de l’âme. Parmi bien d’autres traits originaux, il défend notamment sa « corporéité » – il crée aussi tout un vocabulaire nouveau – qui font de l’œuvre un écrit sans précédent. Nourri des traditions médicales de son temps, il s’intéresse également à l’animation et au développement de l’embryon, au sexe de l’âme, au rapport de celle-ci avec le corps, et aux rêves. Théologien, il s’interroge sur la mort et sur le destin de l’âme après la mort.
    Entre philosophie, médecine, « psychologie », théologie et littérature, le traité du Carthaginois, ici introduit et traduit d’après un nouveau texte critique, est un ouvrage de référence pour les écrivains chrétiens ultérieurs comme pour la réflexion contemporaine.

    Jerónimo Leal, spécialiste de Tertullien, est professeur titulaire de patrologie et directeur du Département d’histoire de l’Église à l’Université Santa Croce, à Rome, et professeur invité à l’Institutum patristicum Augustinianum.
    Paul Mattei, professeur émérite à l’Université Lumière-Lyon 2 et professeur invité à l’Institutum patristicum Augustinianum, à Rome, est spécialiste de la littérature latine ancienne – en particulier de Tertullien, dont il a édité Le mariage unique et, en collaboration, Le voile des vierges (SC 343 et 424).

    Le mot du directeur de Collection

    Le traité De l’âme, divisé en 58 chapitres, définit l’âme comme «née du souffle de Dieu, immortelle, corporelle, ayant une forme, simple par sa substance, ayant du sentiment par elle-même, douée de développements variés, libre de sa volonté, sujette à l’accident, changeante selon les tempéraments, rationnelle, souveraine, divinatrice, issue d’une seule» (ch. 22, 2, p.273). Cette définition, en léger décalage par rapport à celle de Platon, intervient au terme de la première partie, systématique, de l’ouvrage (limites de la posture des philosophes; qualités, organes et fonctions de l’âme), la seconde, diachronique, portant sur l’origine et le développement de l’âme, sur son destin à travers le péché, la mort et jusqu’aux fins dernières. Une attention particulière est prêtée à la réfutation de la doctrine platonicienne de la réminiscence, à la métempsychose et à la «métensomatose», mais aussi aux rêves, à l’origine du sexe de l’âme, à l’animation et au développement de l’embryon – des sujets qui rejoignent bien des préoccupations actuelles.

    De fait, «ce curieux traité où, selon H. Rondet, convergent toutes sortes d’idées venues de la révélation judéo-chrétienne, de la philosophie stoïcienne et de la science du temps» est celui qui a attiré le plus l’attention des historiens de la philosophie et de la médecine. Malgré des différences notables avec d’autres œuvres du même genre, ce traité se situe dans la vaste tradition «psychologique» en ses deux disciplines, philosophique ou médicale – l’influence majeure qui se fait sentir sur Tertullien étant le médecin Soranos d’Éphèse (IIe s. apr. J. C.).

    Avec ce traité, composé dans sa période montaniste vers 210-211 et se signalant par un recours aux Écritures et à la «règle de foi», Tertullien inaugure le genre «psychologique» chrétien qui a fait florès après lui (citons notamment le De anima et resurrectione de Grégoire de Nysse, le De anima et eius origine d’Augustin d’Hippone, le De anima de Cassiodore, paru récemment : SC585). En réalité il s’agit moins d’un traité philosophique que d’une œuvre polémique et d’une réfutation de certaines doctrines hérétiques, dans la ligne antignostique du Contre Hermogène. Tout en s’en prenant aux thèses de la préexistence et de la transmigration de l’âme, le Carthaginois met en avant – position aussi paradoxale que surprenante – sa «corporéité» : non au sens d’une matérialité de l’âme, comme chez Hermogène, mais parce que, pour lui comme pour les stoïciens, le mot corpus peut être synonyme de substance; il y a donc un «corps de l’âme» comme il y a un «corps de chair».

    Le texte, ici nouvellement établi, réserve à cet égard bien des surprises. Ainsi la formule selon laquelle «le principe dominant [de l’âme] est gardé dans le trésor du corps (thesauro corporis)» (ch. 15, 4, p.224, ligne 11). Le «trésor du corps» : quel contraste avec le corps-tombeau ou le corps-prison de l’âme chez Platon! Plutôt que d’y voir une simple variante, on se demande si, dans une page où il aborde les «secrets du cœur», Tertullien ne joue pas sur l’expression évangélique «trésor du cœur» (thesauro cordis, Lc 6, 45), en même temps que sur le double sens du mot «cœur» dans la Bible, où il est à la fois l’organe anatomique et le lieu psychique de la mémoire, pour montrer l’insertion corporelle de ce principe spirituel.

    Selon P. de Labriolle, «ce qui rend l’interprétation de ce traité particulièrement délicate, c’est la langue dont use Tertullien – langue d’une vigueur, d’un relief souvent admirables, mais où abondent les mots nouveaux, les expressions inédites». On trouve, de fait, dans ce traité plus de cinquante mots dont il est l’unique attestation (hapax legomena) : fin connaisseur du grec et écrivain original, le Carthaginois y enrichit la langue latine non seulement dans le champ théologique, mais aussi philosophique.

    Dans ces conditions, et alors que la dernière version française remonte à 1841, on comprend aussi l’intérêt et l’enjeu de la nouvelle traduction en termes de fidélité, de lisibilité et d’apport à la compréhension de cette œuvre inaugurale – qui forme le 23e volume de Tertullien dans Sources Chrétiennes.

    Guillaume Bady

Volumes SC connexes

  • SC 379
    • SC 379
      Supplique au sujet des chrétiens et Sur la Résurrection des morts
      mai 1992
      En 176 ou 177, un philosophe platonicien devenu chrétien défend la foi devant deux empereurs.
  • SC 507
    • SC 507
      Apologie pour les chrétiens
      décembre 2006
      Un appel à la « semence du Verbe » présent en tout homme, de la part d’un philosophe et d’un martyr.
  • SC SC 100.1
    • SC 100.1
      Contre les hérésies, Livre IV. Tome I
      décembre 1965
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC SC 100.2
    • SC 100.2
      Contre les hérésies, Livre IV. Tome II
      décembre 1965
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 152
    • SC 152
      Contre les hérésies, Livre V. Tome I
      décembre 1969
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 153
    • SC 153
      Contre les hérésies, Livre V. Tome II
      décembre 1969
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 210
    • SC 210
      Contre les hérésies, Livre III. Tome I
      décembre 1974
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 211
    • SC 211
      Contre les hérésies, Livre III. Tome II
      décembre 1974
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 263
    • SC 263
      Contre les hérésies, Livre I. Tome I
      janvier 1979
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 264
    • SC 264
      Contre les hérésies, Livre I. Tome II
      janvier 1979
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 293
    • SC 293
      Contre les hérésies, Livre II. Tome I
      mai 1982
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 294
    • SC 294
      Contre les hérésies, Livre II. Tome II
      mai 1982
      « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant » : une théologie qui « récapitule » tout dans le Christ.
  • SC 6
    • SC 6
      La Création de l'homme
      juin 1944
      Comment expliquer les contradictions de l'être humain ? Par le plus philosophe des Cappadociens.
  • SC 178
    • SC 178
      Vie de sainte Macrine
      décembre 1971
      Le Socrate chrétien est une femme : c'est la grande sœur de Basile et de Grégoire, et leur premier modèle.
  • SC 585
    • SC 585
      De l'âme
      décembre 2017
      « Comprendre qui je suis, afin de pouvoir parvenir à ce que je ne suis pas » : vers 540, le fondateur du Vivarium fait se rejoindre foi et philosophie.

Du même auteur

  • SC 513
    • SC 513
      Le Manteau
      septembre 2007
      Pourquoi porter le manteau du philosophe plutôt que la toge romaine ? Un signe personnel très fort pour le Carthaginois.
  • SC 483
    • SC 483
      Contre Marcion, tome V
      juillet 2004
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 456
    • SC 456
      Contre Marcion, tome IV
      février 2001
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 439
    • SC 439
      Contre Hermogène
      mars 1999
      La matière est-elle éternelle ? Et d'où vient le mal ? Tertullien tord le cou aux idées fausses.
  • SC 424
    • SC 424
      Le Voile des vierges
      septembre 1997
      Voilées, les femmes chrétiennes, pendant la liturgie ? Le Carthaginois devenu schismatique expose son avis.
  • SC 399
    • SC 399
      Contre Marcion, tome III
      juin 1994
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 395
    • SC 395
      La Pudicité, tome II
      décembre 1993
      L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.
  • SC 394
    • SC 394
      La Pudicité, tome I
      décembre 1993
      L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.
  • SC 368
    • SC 368
      Contre Marcion, tome II
      mars 1991
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 365
    • SC 365
      Contre Marcion, tome I
      décembre 1990
      Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.
  • SC 343
    • SC 343
      Le Mariage unique
      juin 1988
      Doit-on ou peut-on se remarier ? Le Carthaginois répond, selon la mentalité de son temps.
  • SC 332
    • SC 332
      Les Spectacles
      octobre 1986
      Violence, pornographie, inepties : pour le Carthaginois, les spectacles sont incompatibles avec la vie chrétienne.
  • SC 319
    • SC 319
      Exhortation à la chasteté
      juin 1985
      Chasteté et continence : dans un débat pastoral incessant, la position rigoriste du Carthaginois.
  • SC 316
    • SC 316
      La Pénitence
      novembre 1984
      Quelle pénitence, avant et après le baptême ? L'éclairage du théologien carthaginois.
  • SC 310
    • SC 310
      De la patience
      février 1984
      La patience, un trait proprement divin : la réflexion du grand théologien carthaginois.
  • SC 281
    • SC 281
      Contre les Valentiniens, tome II
      janvier 1981
      Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.
  • SC 280
    • SC 280
      Contre les Valentiniens, tome I
      janvier 1981
      Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.
  • SC 273
    • SC 273
      À son épouse
      janvier 1980
      « Deux en une seule chair » : la lettre d’un chrétien d’Afrique à sa femme, et un idéal du mariage.
  • SC 217
    • SC 216
      La Chair du Christ, tome II
      septembre 1976
      Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.
  • SC 216
    • SC 216
      La Chair du Christ, tome I
      décembre 1975
      Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.
  • SC 173
    • SC 173
      La Toilette des femmes
      décembre 1971
      La coquetterie a-t-elle sa place dans l'Église ? Une harangue du Carthaginois.
  • SC 46
    • SC 46
      Traité de la prescription contre les hérétiques
      juin 1957
      Qui a le droit de citer les Écritures ? L'avis du premier théologien latin.
  • SC 35
    • SC 35
      Traité du baptême
      décembre 1952
      Pas nécessaire, le baptême ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.
    • Tertullien, Le baptême (couverture)
      Le baptême, le premier traité chrétien
      septembre 1976