• SC 399

    Tertullien

    Contre Marcion, tome III
    Livre III

    juin 1994

    Introduction, texte critique, traduction, notes et index des livres I-III par René Braun.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique.
    ISBN : 9782204050692
    363 pages
    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

    Présentation

    Après l'examen de la divinité hérétique de pure bonté (livre I) et la réhabilitation du Créateur (livre II), la critique de la christologie marcionite fait l'objet du livre III. Docète intransigeant, Marcion ne prêtait à son Christ que l'apparence humaine, sans incarnation ni naissance. D'autre part, pour souligner la nouveauté absolue d'un Évangile antithétique de la Loi, il supprimait toute préparation à la Venue de ce Christ, et refusait l'interprétation christique que l'Église donnait des prophéties vétérotestamentaires. Tels sont les deux thèmes sur lesquels s'organise la réfutation de Tertullien, en une structure complexe et raffinée qui les entrecroise, non sans privilégier le second.
    Avec un relief et une chaleur de conviction qui frappent encore aujourd'hui, le docteur carthaginois explicite la foi de l'Église en un Christ réellement homme comme réellement Dieu, qui est l'accomplissement d'une histoire du salut mystérieusement inscrite dans l'Ancien Testament. Par ses choix de textes scripturaires, par son exégèse, il exploite l'héritage de ses devanciers Justin et Irénée, mais il sait aussi parfois innover. Surtout il affirme son originalité par l'ordre et la clarté qu'il impose à ses démonstrations.
    Pour étoffer ce livre – avec lequel s'achève le remaniement progressif du premier Contre Marcion et s'annonce l'examen de l'évangile marcionite – l'auteur a remployé plusieurs passages pris à des ébauches antérieures (notamment l'Aduersus ludaeos). On peut le qualifier d'œuvre littéraire accomplie. Et le mordant de l'ironie donne souvent au style un éclat accru.

    Professeur émérite de langue et de littérature latines à Nice, René Braun a consacré l'essentiel de sa recherche à la patristique africaine, et notamment à Tertullien dont il a étudié, en particulier, le vocabulaire théologique.

    Le mot du directeur de Collection

    Dans la série des œuvres de Tertullien, l'édition de son important traité Contre Marcion se poursuit, grâce à René Braun, professeur émérite de l'université de Nice, avec une régularité exemplaire et une qualité scientifique reconnue. Ce livre III est tout entier consacré à réfuter la christologie de Marcion, qui refusait de voir le Christ annoncé dans les prophéties de l'Ancien Testament et ne lui accordait qu'une apparence humaine, sans se rendre compte qu'à nier son incarnation et sa naissance, on nie aussi sa mort et sa résurrection. Dès lors, le Christ n'a plus de réalité : « Aspect illusoire, action illusoire ; agent imaginaire, œuvres imaginaires ! » En polémiste redoutable, Tertullien argumente de manière serrée pour ruiner le docétisme de Marcion qui met en cause l'histoire même du salut.

    (J.-N. Guinot, 1994)

    Jean-Noël Guinot

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Contre Marcion Livre III

    L’idée de consacrer au Christ un livre spécial de l’ouvrage anti-Marcion s’est imposée à l’esprit de Tertullien lors de l’élargissement de la première version. Marcion refusait en effet toute préparation prophétique de la venue du Christ et l’idée même d’une incarnation de Dieu dans la chair. Le prologue du livre annonce donc son fil directeur : la démonstration de l’annonce constante du Christ dans l’Ancien Testament. L’argumentation de Tertullien reprend la méthode déjà employée dans les deux premiers livres. L’introduction du livre consiste en des réfutations préalables basée sur des « idées communes » et des « argumentations justes » et aborde peu les aspects scripturaires de la polémique. La transition avec la deuxième partie de l’argumentaire examine les caractéristiques du langage des prophètes. La discussion préliminaire étant ainsi terminée, le débat s’engage, en trois temps de longueur croissante. Le premier attaque Marcion comme un allié objectif de l’ « erreur juive » qui refuse de lire l’Ancien Testament dans une perspective christologique. Le deuxième s’en prend au docétisme marcionite, c’est-à-dire le fait que, pour Marcion, le Christ n’avait qu’une apparence d’homme et non un corps humain naturel ou usuel. Le troisième, le plus long, voit Tertullien comparer l’Ancien Testament avec le récit de la vie et de la résurrection du Christ et de la nouvelle alliance.

    Le livre III, plus que les deux précédents, se caractérise par un réemploi de passages des précédentes œuvres de Tertullien, notamment le De carne Christi et le Aduersus Iudaeos. Ce livre doit aussi beaucoup, comme le livre II, aux œuvres d’Irénée et de Justin. Mais Tertullien ne les suit jamais aveuglément ; il prend soin de repenser leurs interprétations et de les réordonner en fonction de ses propres vues.

    Extrait(s)

    (XVII, 1, p. 151-153)

    Comparons aux Écritures la suite de son histoire. De quelque nature que soit en lui ce pauvre corps, quelle est donc l’allure et quel est donc l’aspect qu’il a eus ? S’il a bien été sans gloire, ignominieux, déshonorant, il sera mon Christ. Car il a été annoncé tel d’allure et d’aspect. À nouveau Isaïe est à nos côtés : « Nous avons annoncé en sa présence : comme un petit enfant, comme une racine dans une terre desséchée ;  et il n’a pas d’apparence ni de gloire ; et nous l’avons vu, mais il n’avait pas d’apparence ni de beauté ; mais son apparence était méprisable, plus déficiente que celle de tous les hommes. » De même, plus haut, la parole du Père au Fils : « De la même façon que beaucoup s’épouvanteront devant toi, tellement ta figure sera privée de la part des hommes ! »

Du même auteur

  • SC 601
    SC 601

    De l'âme

    novembre 2019

    L'âme, les rêves, le sexe, l'embryon, la mort : Tertullien lance le débat chez les chrétiens (vers 210).

  • SC 513
    SC 513

    Le Manteau

    septembre 2007

    Pourquoi porter le manteau du philosophe plutôt que la toge romaine ? Un signe personnel très fort pour le Carthaginois.

  • SC 483
    SC 483

    Contre Marcion, tome V

    juillet 2004

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 456
    SC 456

    Contre Marcion, tome IV

    février 2001

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 439
    SC 439

    Contre Hermogène

    mars 1999

    La matière est-elle éternelle ? Et d'où vient le mal ? Tertullien tord le cou aux idées fausses.

  • SC 424
    SC 424

    Le Voile des vierges

    septembre 1997

    Voilées, les femmes chrétiennes, pendant la liturgie ? Le Carthaginois devenu schismatique expose son avis.

  • SC 395
    SC 395

    La Pudicité, tome II

    décembre 1993

    L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.

  • SC 394
    SC 394

    La Pudicité, tome I

    décembre 1993

    L'Église peut-elle remettre les péchés ? Le Carthaginois, devenu schismatique, en doute.

  • SC 368
    SC 368

    Contre Marcion, tome II

    mars 1991

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 365
    SC 365

    Contre Marcion, tome I

    décembre 1990

    Un Dieu méchant, dans l'Ancien Testament, opposé à un Dieu bon révélé par Jésus ? Réfutation en règle par le pugnace Carthaginois.

  • SC 343
    SC 343

    Le Mariage unique

    juin 1988

    Doit-on ou peut-on se remarier ? Le Carthaginois répond, selon la mentalité de son temps.

  • SC 332
    SC 332

    Les Spectacles

    octobre 1986

    Violence, pornographie, inepties : pour le Carthaginois, les spectacles sont incompatibles avec la vie chrétienne.

  • SC 319
    SC 319

    Exhortation à la chasteté

    juin 1985

    Chasteté et continence : dans un débat pastoral incessant, la position rigoriste du Carthaginois.

  • SC 316
    SC 316

    La Pénitence

    novembre 1984

    Quelle pénitence, avant et après le baptême ? L'éclairage du théologien carthaginois.

  • SC 310
    SC 310

    De la patience

    février 1984

    La patience, un trait proprement divin : la réflexion du grand théologien carthaginois.

  • SC 281
    SC 281

    Contre les Valentiniens, tome II

    janvier 1981

    Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.

  • SC 280
    SC 280

    Contre les Valentiniens, tome I

    janvier 1981

    Des révélations secrètes sur Dieu ? Exposé et réfutation de la « gnose » par le pugnace Carthaginois.

  • SC 273
    SC 273

    À son épouse

    janvier 1980

    « Deux en une seule chair » : la lettre d’un chrétien d’Afrique à sa femme, et un idéal du mariage.

  • SC 217
    SC 216

    La chair du Christ, tome II

    septembre 1976

    Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.

  • SC 216
    SC 216

    La chair du Christ, tome I

    décembre 1975

    Pas vraiment incarné, le Christ ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.

  • SC 173
    SC 173

    La Toilette des femmes

    décembre 1971

    La coquetterie a-t-elle sa place dans l'Église ? Une harangue du Carthaginois.

  • SC 46
    SC 46

    Traité de la prescription contre les hérétiques

    juin 1957

    Qui a le droit de citer les Écritures ? L'avis du premier théologien latin.

  • SC 35
    SC 35

    Traité du baptême

    décembre 1952

    Pas nécessaire, le baptême ? Magistrale réponse du théologien carthaginois.

  • Tertullien, Le baptême (couverture)

    Le baptême, le premier traité chrétien

    septembre 1976