• SC 468

    Barsanuphe et Jean de Gaza

    Correspondance, III
    Aux laïcs et aux évêques, Lettres 617-848

    mai 2002

    Introduction, texte critique, notes et index par François Neyt, o.s.b., et Paula de Angelis-Noah. — Traduction par Lucien Regnault, o.s.b.

    Ouvrage publié avec le concours de l'Œuvre d'Orient.
    Révision assurée par Pierre Évieux.
    ISBN : 9782204068536
    355 pages
    L'école du discernement, ou la vitalité du monachisme palestinien au 6e siècle, à travers plus de 800 lettres.

    Présentation

    Les moines n'étaient pas les seuls à interroger les deux Sages de Gaza, Barsanuphe et Jean le Prophète. Les questions posées par de nombreux laïcs, prêtres, chorévêques et évêques font l'objet de ce dernier volume de la Correspondance (Lettres 617-848). Les relations entre l'abbé Séridos, l'abbé Élien son successeur et les moines avec le monde extérieur s'y reflètent de façon originale sous un jour nouveau.

    Cette correspondance révèle les préoccupations des hôtes, la façon de se comporter avec ceux-ci. Ce sont tantôt des chrétiens, tantôt des personnages importants, des païens, des juifs, des hérétiques monophysites, nestoriens ou encore des adeptes d’Évagre. Les évêques des campagnes environnantes, ou encore de Gaza, le métropolite de Césarée et même le patriarche de Jérusalem posent tour à tour des questions sur les candidats aux différents ministères, sur la façon de conduire l’Église face aux hérétiques, en particulier face aux manichéens qui se font baptiser pour échapper aux persécutions. Ces lettres sont une mine de renseignements pour l’étude des mentalités et de l’histoire au VIe siècle.

    Ce volume, comme les deux précédents, est le fruit d'une étroite collaboration entre Paula de Angelis-Noah, docteur ès lettres (Ravenne, Italie), François Neyt, moine de l'abbaye de Clerlande (Belgique) et Lucien Regnault, moine de l'abbaye de Solesmes (France).

    Le mot du directeur de Collection

    Avec le volume III de la Correspondance de Barsanuphe et de Jean de Gaza (SC 468), s'achève la longue série – cinq volumes de la Collection – des 848 lettres qui nous transmettent le contenu des échanges entre les deux solitaires de Gaza et ceux qui avaient recours à leur direction spirituelle. Rappelons que ces lettres ont été regroupées, à une date ancienne, en fonction des différents interlocuteurs des deux grands Vieillards, si bien que l'ensemble du recueil se répartit comme suit : d'abord les lettres aux solitaires (Lettres 1-223 : SC 426-427), puis les lettres aux cénobites (Lettres 224-616 : SC 450-451), et enfin les lettres échangées avec des laïcs, des prêtres et des évêques (Lettres 617-848), celles que l'on trouvera dans le présent volume.

    En réalité, les lettres adressées aux laïcs sont de loin les plus nombreuses dans cette dernière section, les autres représentant à peine un quart de l'ensemble, et encore y figurent des lettres à des laïcs venus consulter les Vieillards sur le choix d'un nouvel évêque, en une circonstance délicate. L'évêque de Gaza, que son avarice et d'autres fautes avaient rendu odieux au peuple s'était vu déposé par un synode régional et il fallait lui trouver un successeur. Des trois candidats, reconnus dignes de l'épiscopat, lequel devait-on choisir et en fonction de quels critères ? Les pieux laïcs qui viennent consulter Barsanuphe ne cachent pas que la communauté est divisée, que chacun défend, parfois avec passion, son candidat. Barsanuphe conseille d'abandonner la décision au métropolite, l'archevêque de Césarée. L'affaire se complique du fait que l'évêque déposé, usant de ses richesses, tente de faire intervenir en sa faveur l'empereur de Byzance, sans doute Justin Ier ; mais l'empereur meurt avant que la démarche de l'évêque condamné aboutisse. Un nouvel évêque est ordonné, mais s'estimant indigne de la fonction, c'est lui maintenant qui consulte Barsanuphe et lui fait part de son intention de démissionner. Convaincu par lui de rester au poste où Dieu l'a appelé, il continue à solliciter les conseils du Vieillard touchant l'ordination, pour son diocèse, de clercs, de diacres ou de prêtres. Autant de cas qu'il soumet à son jugement. Barsanuphe joue donc auprès de lui un rôle tout à fait comparable à celui de Jean de Gaza auprès d'Élien, dans les premières années où ce dernier fut élu abbé du monastère de Thavatha (cf. Lettres 571-598). La vie de l'Église de Gaza, en tant qu'institution mais aussi communauté de croyants se laisse entrevoir à l'occasion de cette péripétie de son histoire. Les questions que pose à Barsanuphe l'évêque de Jérusalem sont du même ordre : là encore il s'agit de choisir entre plusieurs candidats à l'ordination pour occuper diverses fonctions dans l'Église, de savoir quelle conduite tenir à l'égard d'hérétiques manichéens ou de païens qui tentent de se faire baptiser pour échapper aux poursuites du pouvoir, de résister à la tentation du découragement devant les difficultés de la charge épiscopale.

    Les préoccupations qui conduisent de pieux laïcs à interroger les deux Vieillards sont évidemment d'un autre ordre. Elles concernent tout à la fois leur vie personnelle et leur vie sociale, le domaine matériel et spirituel. Ces laïcs sont tous épris de perfection, désireux de progresser dans la vie chrétienne, sous la direction des deux Vieillards. Ils éprouvent naturellement de la difficulté à maîtriser leurs passions, ils ne savent pas toujours quelle conduite tenir à l'égard d'autrui, chrétien ou non, ni comment témoigner de leur foi ; ils voudraient aussi apprendre à prier. Comment vivre en chrétien dans le monde, telle pourrait-être l'interrogation qui les résume toutes. Bien des questions concernent l'usage que l'on doit faire des biens matériels et la pratique de l'aumône. Là encore il faut faire preuve de discernement. Vente d'un terrain, acquisition de domestiques, procès devant les tribunaux, argent à recouvrer sur ses débiteurs, association en affaires, la vie quotidienne oblige le chrétien à s'interroger sur ses comportements. Suis-je obligé de rester en compagnie de gens du monde si l'on en vient à parler de futilités (L. 707) ? Comment dois-je réagir en face de quelqu'un qui se moque de la religion et qui blasphème (L. 658) ? J'ai un ami hérétique ; dois-je essayer de le convertir à la foi orthodoxe ou rompre avec lui (L. 732-735) ? Puis-je entrer dans l'église pendant la liturgie et en sortir avant la fin de l'office ? puis-je parler pendant l'office (L. 736-737) ? Est-ce un péché de travailler le dimanche (L. 751) ? N'allons pas trop vite considérer qu'il s'agit là de problèmes casuistiques aussi ridicules que ceux dénoncés par Pascal dans ses Provinciales ou de scrupules sans intérêt ! Quel que soit le sujet abordé, mince et bassement matériel, ou de caractère plus spirituel, voir doctrinal, il est toujours l'occasion pour les deux solitaires de Gaza d'inviter leur interlocuteur à développer sa faculté de discernement pour opérer librement des choix de vie conformes à ses aspirations. Peu importe donc la situation à laquelle on se trouve confronté et qui provoque l'interrogation – un contrat d'achat ou de vente, une fraude involontaire dans un compte, l'attitude des percepteurs de l'impôt, une invasion de sauterelles dont on pourrait se débarrasser au détriment de son voisin, une transaction financière, le recours à des pratiques de sorcellerie pour obtenir une guérison –, à chaque instant, dans sa vie personnelle et intérieure comme dans sa vie sociale, le chrétien est amené à faire des choix. Les réponses des deux solitaires de Gaza, plus qu'une direction spirituelle, veulent être une école de formation, un apprentissage du discernement.

    Comme les précédents, ce troisième et dernier volume de la Correspondance de Barsanuphe et de Jean de Gaza a été réalisé en collaboration par le Père François Neyt, moine de l'abbaye de Clerlande en Belgique, Paula De Angelis-Noah de Ravenne et le Père Lucien Regnault de l'abbaye de Solesmes.

    Jean-Noël Guinot

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Correspondance avec Barsanuphe vol. III

    Aux laïcs et aux évêques Lettres 617-848

    Le volume III, en un tome, pourvu d’une brève introduction et des index, est consacré à la correspondance aux évêques et aux laïcs chrétiens (lettres 617 à 848) :

    - 617-787 : lettres à différents laïcs (dont 617-636 : sur les aumônes ; 693-705 : sur les hérésies ; 736-742 : questions liturgiques ; 745 : sur un avocat distrait ; 775-777 : sur l’attitude vis-à-vis de non-orthodoxes ; 778-784 : sur le pouvoir surnaturel des deux Vieillards)

    - 788-844 : à des évêques et aux habitants de Gaza (dont 788-791 : évêques tentés d’abandonner leur mission ; 793-803 : destitution de l’évêque de Gaza, avaricieux ; 804-812 : conseils au nouvel évêque ; 813-830 : questions de l’évêque de Jérusalem ; 831-837 : réponses aux autorités et à l’évêque de Gaza)

    - 838-848 : à des laïcs, à un évêque et à un frère

    Extrait(s)

    Écho lointain de notre actualité, voici la lettre 658 (p. 91) :

    « Demande : Quand je vois quelqu’un insulter la religion et blasphémer la sainte foi, sous couleur de zèle je m’emporte contre lui. Qu’en est-il ?

    Réponse : Tu sais parfaitement qu’on ne corrige pas par le mal, mais par le bien. Parle donc avec douceur et patience, admonestant l’insulteur dans la crainte de Dieu. Si tu te vois sous le coup de l’irritation, il ne faut rien lui dire. »

    Errata

    Page

    Localisation

    Texte concerné

    Correction

    Remarques

    169

    n. 1

    H. DELAYE

    H. DELEHAYE

     

Volumes SC connexes

  • SC 400
    SC 400

    Athanase d'Alexandrie

    Vie d'Antoine

    octobre 2004

    L’acte de naissance de la vie monastique et la source de toutes les aspirations au désert.

  • SC 42 bis
    SC 42bis

    Jean Cassien

    Conférences, tome I

    décembre 1966

    Le désert d’Égypte transporté à Marseille, à la faveur des entretiens d’un fondateur avec ses moines provençaux (vers 426).

  • SC 54
    SC 54

    Jean Cassien

    Conférences, tome II

    décembre 1958

    Le désert d’Égypte transporté à Marseille, à la faveur des entretiens d’un fondateur avec ses moines provençaux (vers 426).

  • SC 64
    SC 64

    Jean Cassien

    Conférences, tome III

    décembre 1959

    Le désert d’Égypte transporté à Marseille, à la faveur des entretiens d’un fondateur avec ses moines provençaux (vers 426).

  • SC 170
    SC 170

    Évagre le Pontique

    Traité pratique ou Le Moine, tome I

    décembre 1971

    Acquérir l'impassibilité, première étape vers la connaissance de Dieu, par un maître spirituel à la fin du 4e siècle.

  • SC 171
    SC 171

    Évagre le Pontique

    Traité pratique ou Le Moine, tome II

    décembre 1971

    Acquérir l'impassibilité, première étape vers la connaissance de Dieu, par un maître spirituel à la fin du 4e siècle.

  • SC 438
    SC 438

    Évagre le Pontique

    Sur les pensées

    novembre 1998

    L'âme humaine, théâtre de bataille et enjeu d'un intense combat spirituel, éclairé par un maître spirituel à la fin du 4e siècle.

  • SC 445
    SC 445

    Marc le Moine

    Traités I

    décembre 1999

    Petits textes, grand profit : ascèse, spiritualité, doctrine par un moine urbain au tournant des 4e et 5e siècle.

  • SC 455
    SC 455

    Marc le Moine

    Traités II

    novembre 2000

    Petits textes, grand profit : ascèse, spiritualité, doctrine par un moine urbain au tournant des 4e et 5e siècle.

  • SC 422
    SC 422

    Isidore de Péluse

    Lettres, tome I

    mars 1997

    Un kaléidoscope littéraire et spirituel, pourfendant les travers des clercs dans l'Égypte du 5e siècle.

  • SC 454
    SC 454

    Isidore de Péluse

    Lettres, tome II

    septembre 2000

    Un kaléidoscope littéraire et spirituel, pourfendant les travers des clercs dans l'Égypte du 5e siècle.

Du même auteur

  • SC 451
    SC 451

    Correspondance, II, 2

    janvier 2001

    L'école du discernement, ou la vitalité du monachisme palestinien au 6e siècle, à travers plus de 800 lettres.

  • SC 450
    SC 450

    Correspondance, II, 1

    juin 2000

    L'école du discernement, ou la vitalité du monachisme palestinien au 6e siècle, à travers plus de 800 lettres.

  • SC 427
    SC 427

    Correspondance, I, 2

    mars 1998

    L'école du discernement, ou la vitalité du monachisme palestinien au 6e siècle, à travers plus de 800 lettres.

  • SC 426
    SC 426

    Correspondance, I, 1

    novembre 1997

    L'école du discernement, ou la vitalité du monachisme palestinien au 6e siècle, à travers plus de 800 lettres.