• SC 45

    Ambroise de Milan

    Traité sur l'Évangile de S. Luc, tome I
    Livres I-VI

    décembre 1956

    Texte latin, introduction, traduction et notes de Dom Gabriel Tissot, o.s.b.

    ISBN : 9782204038782
    512 pages
    Indisponible chez notre éditeur
    Après Origène, le commentaire de Luc.

    Présentation

    L’Expositio Evangelii secundum Lucam est un suite d'homélies regroupées par Ambroise en un ensemble relativement complet.

    Dom Gabriel Tissot, o.s.b., est abbé de Quarr Abbey.

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    L’œuvre ici éditée représente probablement un groupement d’homélies sur saint Luc, remanié pour en faire un tout uniforme. Ambroise y a ajouté des introductions, des conclusions, des soudures. S’il n’est pas aisé de distinguer ce qui a été prononcé de ce qui a été réécrit, une certitude s’impose : l’ordre des commentaires bibliques du recueil n’est pas celui dans lequel les sermons ont été prononcés. Leur datation est incertaine, mais des allusions à des événements contemporains et des indices obligent à les échelonner sur une partie considérable de l’épiscopat d’Ambroise, peut-être entre les années 377 et 389. Ce constat pose un autre problème. L’ensemble n’offre qu’un seul commentaire sur la Nativité, la Passion, les grands mystères de la vie du Christ. Or il est peu probable qu’Ambroise n’ait prêché qu’une seule fois sur ces thèmes. Soit Ambroise a, pour unifier ses homélies en un traité homogène, choisi celle qui lui a paru la plus au point, soit il a recueilli les meilleurs éléments des unes et des autres. Dans ce cas, telle allusion sert à dater non la rédaction du commentaire entier d’une péricope mais celle d’un paragraphe. L’ensemble unifié présente de grandes disparités : certaines parties sont entièrement rédigées, d’autres ressemblant davantage à des notes prises en sténographie.

    Le texte latin reproduit celui publié en 1902 dans le Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum.

    Le premier principe exégétique d’Ambroise est l’explication de l’Écriture par l’Écriture, un texte en éclairant un autre. Le second est repris aux Pères grecs. Il s’agit du triple sens de l’Écriture : historique ou littéral, dont Ambroise s’évade le plus souvent très vite ; moral ; mystique ou allégorique. Ambroise passe sans cesse de l’un à l’autre. L’évêque de Milan utilise particulièrement la typologie, ainsi que le symbolisme, qu’il applique à tous les objets, plantes et animaux.

    La théologie d’Ambroise est en partie influencée par les hérésies qu’il a eu à combattre. Celles d’Arius, Eunome, Sabellius et Photin, marquent le Traité. Elles conduisent Ambroise à développer une christologie forte et détaillée, réaffirmant les deux natures du Christ, humaine et divine. La doctrine trinitaire va de pair avec celle-ci. Ambroise ne perd aucune occasion d’affirmer, avec netteté et précision, l’entière égalité et la parfaite unité des personnes divines. Le Christ n’est pas uniquement pour Ambroise un objet doctrinal, il inspire sa piété, la deuotio du soldat à son empereur. Les développements consacrés à l’Esprit Saint sont moins nombreux.

    La figure de Marie apparaît tout au long de l’ouvrage comme modèle pour les vierges chrétiennes. En elle, il reconnaît également l’une des figures de l’Église. Le Traité offre également de nombreux éléments de théologie spirituelle, dont une esquisse du progrès de l’âme.

    Ce volume contient les livres I à VI du Traité, et couvre l’évangile de Luc du début jusqu’au chapitre 9.

    Extrait(s)

    (IV, 7, p. 153)

    « Alors Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. »

    Il y a lieu de se rappeler comment le premier Adam fut chassé du paradis dans le désert, pour remarquer comment le second Adam revient du désert au paradis. Voyez aussi comment les dommages se réparent suivant leur enchaînement, et comment les bienfaits divins se renouvellent en reprenant leurs propres traces. Une terre vierge a donné Adam, le Christ est né de la Vierge ; celui-là fut fait à l’image de Dieu, Celui-ci est l’image de Dieu ; celui-là fut placé au-dessus de tous les animaux sans raison, Celui-ci au-dessus de tous les vivants ; par une femme la folie, par une vierge la sagesse ; la mort par un arbre, la vie par la Croix.

Du même auteur

  • SC 611
    couverture SC611

    Élie et le jeûne

    décembre 2020

    «On prend conscience de la force de sa fermeté avec le jeûne»: le carême, par Ambroise

  • SC 576
    SC 576

    La fuite du siècle

    octobre 2015

    Une fuite ? Plutôt un voyage du mal vers le bien, selon la méditation de l'évêque de Milan.

  • SC 534
    SC 534

    Jacob et la vie heureuse

    juillet 2010

    Petit manuel de sagesse chrétienne, à travers l'histoire du patriarche.

  • SC 239
    SC 239

    Apologie de David

    septembre 1977

    David, un modèle pour l'empereur Théodose, et pour les chrétiens de tous les temps.

  • SC 179
    SC 179

    La Pénitence

    décembre 1971

    L'Église a-t-elle le droit d'imposer une pénitence publique ? Entre miséricorde et autorité, la réponse de l'évêque de Milan.

  • SC 25 bis
    Sc 25bis

    Des sacrements. Des mystères. Explication du symbole

    décembre 1961

    La clé de la liturgie et de la foi, par l'homme qui a baptisé Augustin en 387.

  • SC 52
    SC 52

    Traité sur l'Évangile de S. Luc, tome II

    décembre 1958

    Après Origène, le commentaire de Luc.