• SC 121

    Éphrem de Nisibe

    Commentaire sur l'Évangile concordant ou Diatessaron
    traduit du syriaque et de l'arménien

    novembre 1966

    Introduction, traduction et notes par Louis Leloir.

    Ouvrage publié avec le concours de la Fondation Calouste Gulbenkian.
    ISBN : 9782204034098
    438 pages
    Les quatre Évangiles en un, le Diatessaron, par le plus grand écrivain syriaque.

    Présentation

    « Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés, pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu’il aime. Et il a caché dans sa parole tous les trésors, pour que chacun de nous trouve une richesse dans ce qu’il médite… Que celui qui obtient en partage une de ces richesses n’aille pas croire qu’il n’y a dans la parole de Dieu que ce qu’il y trouve ; qu’il se rende compte plutôt qu’il n’a été capable d’y découvrir qu’une seule chose parmi bien d’autres. »
    Les quatre Évangiles sont ici commentés, tous ensemble, par le plus grand écrivain syriaque : Éphrem. Composé par Tatien en 165, le « Diatessaron », cette harmonie des quatre Évangiles, est, encore au troisième quart du IVe siècle, si largement diffusé en Orient que c’est tout naturellement qu’Éphrem entreprend de l’interpréter. Le poète né à Nisibe et réfugié à Édesse après 363 est notre meilleure source pour cet Évangile concordant, mais aussi pour toute une tradition exégétique à l’originalité de laquelle Éphrem prête encore son génie propre.
    Son Commentaire, connu uniquement dans une version ancienne en arménien, a été en partie retrouvé en syriaque, sa langue originale, en 1957. Ce volume en offre la toute première traduction en français.

    Dom Louis Leloir, o.s.b. (1911-1992), moine à l’abbaye de Clervaux, au Luxembourg, était un spécialiste des littératures syriaque et arménienne, des écrits apocryphes et du monachisme ancien.

    Le mot du directeur de Collection

    Le Diatessaron, ouvrage qui a fait la célébrité de Tatien (né vers 120) et que nous ne pouvons reconstituer que par bribes, est un essai audacieux d’une fusion harmonieuse des évangiles séparés en un récit suivi de la vie et des enseignements de Jésus. Il combine phrases et péricopes des quatre évangiles selon un ordre inspiré, semble-t-il de Matthieu.
    Témoin du texte, le commentaire d'Éphrem (306-373) nous introduit en même temps à la méthode exégétique du diacre d’Édesse et nous ouvre de riches aperçus sur sa christologie et sa doctrine monastique. Ses rapprochements symboliques et son génie poétique nous suggèrent l’unité profonde et vivante de l’Ancien et du Nouveau Testament qu’il interprète en sans cesse en référence l’un à l’autre.

    « L’Écriture entière est comme une lyre ; une corde ne produit pas de son harmonieux par elle-même, mais en union avec les autres. »

Du même auteur

  • SC 590
    SC 590

    Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien, tome II

    décembre 2017

    L'homme, jouet du destin et des astres ? La « lyre du Saint-Esprit » répond.

  • SC 587
    SC 587

    Hymnes contre les hérésies. Hymnes contre Julien, tome I. Hymnes contre les hérésies I-XXIX

    juillet 2017

    L'homme, jouet du destin et des astres ? La « lyre du Saint-Esprit » répond.

  • SC 502
    SC 502

    Hymnes pascales

    avril 2006

    Le « sacre du Printemps », par le plus grand poète syriaque, au milieu du 4e siècle.

  • SC 459
    SC 459

    Hymnes sur la Nativité

    avril 2001

    Le Dieu devenu Tout-Petit, par le plus grand poète syriaque.

  • SC 137
    SC 137

    Hymnes sur le Paradis

    mars 1968

    Du Paradis perdu au Paradis futur, une boussole poétique, par le plus grand écrivain syriaque.