Soumis par SC le jeu 12/01/2012 – 09:09
Type d'actualité
Titre

Jean-Noël Guinot, Théodoret de Cyr. Exégète et théologien

Contenu
Texte

Dernier grand représentant de l'exégèse antiochienne, Théodoret est aussi un apologiste, un historien et un théologien. Moine devenu évêque de la petite ville de Cyr (423) – sise près de la frontière nord de la Syrie actuelle avec la Turquie –, sa réputation de théologien et de connaisseur des Écritures était probablement déjà si grande en 430 que l'évêque d'Antioche lui demanda de réfuter les douze anathématismes auxquels Cyrille d'Alexandrie sommait Nestorius de souscrire. Dès lors, il se trouva engagé dans le long débat doctrinal qui s'étend du concile d'Éphèse (431) à celui de Chalcédoine (451).
Défenseur de la christologie antiochienne des « deux natures » contre Cyrille qu'il soupçonnait de professer un monophysisme aux relents apollinaristes, il contribua pourtant au rétablissement de la paix entre Alexandrie et Antioche en 433. Toutefois Théodoret dut reprendre la lutte, dès 447, contre le monophysisme radical professé à Constantinople par le moine Eutychès. Cela lui valut d'être condamné et déposé par le concile d'Éphèse de 449, qualifié de « Brigandage » par S. Léon. Il devra attendre le concile de Chalcédoine pour voir son orthodoxie reconnue.
Le combat mené par Théodoret pour la défense de la foi orthodoxe s'enracine continûment dans sa lecture de l'Écriture. Aussi seule la nécessité de distribuer de manière cohérente les articles retenus – trois sont inédits – pour illustrer ces deux facettes de son activité littéraire, a-t-elle conduit à présenter l'exégète dans le premier volume, et le théologien dans le second.

  • Volume I : le dernier grand exégète de l'école d'Antioche au Ve siècle,
  • Volume II : un théologien engagé dans le conflit nestorien (431-451)

À paraître aux Éditions du Cerf au printemps 2012.