Soumis par Laurence Mellerin le
Type d'actualité
Titre

Michel Dujarier (16 janvier 1932 – 21 janvier 2023)

Date(s) et horaires
Samedi 21 janvier 2023
Contenu
Texte
Michel Dujarier

Nous apprenons avec grande tristesse le décès d’un compagnon de longue date de notre équipe, le P. Michel Dujarier, survenu cette nuit.

Quatrième enfant d'une fratrie de six, Michel Dujarier a été ordonné prêtre du diocèse de Tours en juin 1957. Il a participé à Paris à la mise en place du catéchuménat pour adultes, puis est parti au service du diocèse de Cotonou, au Dahomey (Bénin), comme prêtre Fidei donum. Il y est resté de 1961 à 1994, y exerçant entre autres la charge de curé de paroisse populaire, à Akpakba (Cotonou) puis à Allada. Attentif aux besoins des autres, il n’hésitait pas par exemple à rejoindre ses paroissiens lorsque l’eau montait dans leur quartier, ou à prendre l'initiative d'emmener à l'hôpital une soeur bénédictine qu'il voyait malade. Il donnait des cours d'Ecriture Sainte, mais aussi de langue, aux missionnaires nouvellement arrivés : il avait créé une méthode "assimil" pour la langue Fongbé, qui compte beaucoup de monosyllabes aux sens très différents selon leur prononciation. Il a aussi beaucoup travaillé à inculturer la liturgie du baptême en reprenant les rites traditionnels d'entrée de l'enfant dans la famille.

De 1994 à 2000, il fut chargé de l'accompagnement des prêtres français travaillant, au titre de Fidei Donum, en Afrique, Asie et Océanie. Docteur en théologie, il a enseigné la patrologie au Grand séminaire de Ouidah et à l'Institut catholique de l’ Afrique de l’ Ouest (ICAO) d'Abidjan, diffusant l’amour des Pères de l’Église très largement, par des sessions, retraites et conférences (en particulier par la collection « Témoins du Christ » de brefs textes patristiques en français fondamental), tout en exerçant d'importantes fonctions pastorales. Il fut également un temps responsable adjoint des Oeuvres Pontificales missionnaires. Il garda sa vie durant un grand amour de l'Afrique et connaissait en profondeur la culture Fon, dont il parlait la langue. Il avait compilé un recueil de proverbes et pouvait parler pendant des heures du Vaudou... C'est à la Maison de retraite des Missions Africaines "Les chênes verts", à Montferrier-sur-Lez, qu'il a passé sa dernière année de vie.

Rentré d'Afrique, il a travaillé une vingtaine d’années à l’Institut des Sources chrétiennes de Lyon, pour y approfondir ses recherches théologiques. Michel fut un inlassable lecteur des Pères de l'Église, toujours en quête d'une belle trouvaille à partager avec ceux qui l'entouraient : pour lui les Pères étaient des compagnons de route, et le souvenir de son enthousiasme, de sa gourmandise presque devant chaque nouveau volume de la collection resteront pour nous une source inépuisable de motivation ! Chacune des nombreuses personnes qui venaient le consulter gardera aussi en mémoire le souvenir de sa grande gentillesse, de son attention aux autres et de sa modestie.

Ses premières recherches ont porté sur le catéchuménat et l'initiation chrétienne des adultes. Il s'est ensuite consacré à un étude magistrale sur la fraternité, traquant à travers toute la littérature patristique aussi bien les occurrences du terme même de "Fraternité", nom propre de l'Église tout au long de l'époque patristique, que les diverses formes de la théologie du Christ-Frère selon laquelle le Fils de Dieu, devenu par l’Incarnation frère en vie humaine des hommes, est aussi devenu, par la grâce des sacrements, leur frère en vie divine. Ces travaux ont donné naissance à un ouvrage en trois volumes intitulé Église-Fraternité ; l'ecclésiologie du Christ-Frère aux huit premiers siècles : les deux premiers volumes - l'Église s'appelle Fraternité (Ier-IIIe s.) ; l'Église est fraternité en Christ (IVe-Ve s.) - sont déjà parus aux éditions du Cerf, et le troisième, presque achevé, paraîtra prochainement.

La bibliographie exhaustive de Michel Dujarier est consultable sur notre site. On peut voir sur YouTube sa toute dernière intervention publique, lors d’un colloque dédié à saint Irénée de Lyon. Il y avait développé un thème qui lui était très cher : l’Église comme caravane de frères et sœurs en marche continuelle vers le Père, guidée par le Christ, poussée par l’Esprit source de la charité fraternelle.

Une anthologie de quelques textes sur la fraternité qu’il aimait particulièrement, parmi la masse impressionnante de ceux qu’il avait rassemblés, est également disponible à la vente : Frères dans le Christ. Les bénéfices des ventes sont reversés à l’Association des Amis des Sources Chrétiennes, selon sa volonté, et serviront à financer la préparation de son troisième tome sur la fraternité.

 

Là où le pied n’est pas allé et où l’œil n’est pas allé, le cœur y va.