Soumis par Guillaume Bady le jeu 20/01/2022 – 16:42
Type d'actualité
Titre

Marie-Ange Calvet-Sebasti

Contenu
Texte
M.-A. Calvet-Sebasti en 2016

 

Nous avons appris avec émotion le décès de Marie-Ange Calvet-Sebasti, à l’âge de 77 ans, dans la nuit du 18 au 19 janvier au Centre Léon-Bérard, à Lyon, où elle était suivie pour un cancer apparu vers le début de 2021. Née à Lyon le 5 février 1944, elle y avait fait ses études, passant un Diplôme d’Études Supérieures de Lettres classiques sur L’art poétique de Jean de Sponde (sous la direction de Georges Couton) en 1966, et une thèse sur les Discours 6, 7 et 8 de Grégoire de Nazianze (sous la dir. de Paul Gallay), en 1979, année de son mariage avec Yves Calvet. À partir de 1966, elle avait enseigné français au Centre de télé-enseignement de Lyon. En 1970, elle était entrée aux Sources Chrétiennes, où elle a d'abord travaillé pour l'Association des Amis de Sources Chrétiennes, puis comme documentaliste du CNRS (à partir de 1980) et, enfin, comme ingénieur au CNRS (à partir de 1984). Dans la collection, elle avait travaillé à la publication de nombreux volumes, et publié elle-même les Discours 6-12 du Cappadocien en 1995 (SC 405), et, avec P.-L. Gatier, les Lettres de Firmus de Césarée, en 1989 (SC 350). Alors qu’elle était passée de la rue du Plat à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, rue Raulin, en 1999, ses travaux avaient abouti à une habilitation à diriger des recherches, soutenue à Tours en 2003 sous la direction de Bernard Pouderon, avec un dossier de synthèse intitulé De la lettre au discours. Héritages et genres littéraires de l'Antiquité grecque chrétienne (recherches sur Grégoire de Nazianze, Firmus de Césarée et autres épistoliers, Pseudo-Clément). Elle était membre d'HiSoMA et de nombreuses associations ou sociétés savantes, comme la Société Lyonnaise des Études Anciennes, dont elle a été présidente en 1985-1986. Jusqu’aux derniers jours elle a continué à traduire les Discours 13-16 de Grégoire de Nazianze.

Membre de Académie Rhodanienne des Lettres, elle était également connue comme poète : auteure de nombreux recueils, toute sa vie elle a écrit de la poésie. Les Sources Chrétiennes s’associent à la peine de son mari, de sa famille et de ceux, innombrables, qui gardent en mémoire son visage lumineux.

La messe d’adieu a eu lieu le mardi 25 janvier à 10h30 à l’église de l’Immaculée Conception, 94 avenue de Saxe, 69003 Lyon.

*

La berceuse te couvrait d’or

De perles, de satin

Fredonnait ta beauté

Mais pouvais-tu dormir

Avant d’avoir surpris

Dans l’ombre des couplets

L’amour illimité

Qui entrait dans ta vie ?

Poème tiré de «O Ciucciarella», titre d'une berceuse corse, dans le recueil La caravane de l'orage, publié à Lyon chez Jacques André Éditeur en 2020