Soumis par Laurence Mellerin le ven 29/07/2022 – 14:03
Type d'actualité
Titre

David Djagba

Contenu
Texte
David Djagba

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès brutal du P. David Djagba, survenu samedi 23 juillet à Portes-les-Valence. Vicaire de la paroisse Saint-Paul-du-Rhône, il était âgé de 53 ans.

David a été, de 2012, date de son arrivée en France, à 2019, un lecteur assidu de la bibliothèque des Sources Chrétiennes, où il a laissé le souvenir d’un compagnon de labeur discret, délicat et attentionné, d’un « grand frère » pour certains. Il y passait de longues journées, y compris, en solitaire, pendant les mois d’été, à travailler sans relâche pour l'obtention du doctorat qu’il était venu préparer en France. Ses efforts avaient été couronnés de succès, puisqu’il avait soutenu sa thèse, qui portait sur « Exégèse et prédication chez Quodvultdeus de Carthage. La fonction catéchétique de la typologie biblique », le 12 juin 2019 à l’UCLy (dir. Bernard Meunier, prés. Élie Ayroulet, jury Pierre-Marie Hombert, Alban Massie). Les personnes qui y ont assisté se souviendront longtemps de la soutenance, sobre et impeccable, et de la grande fête aux mets surabondants qui l’avait suivie, transformant comme par enchantement une austère salle de cours en un chaleureux lieu de rencontre et de partage, à l’image de celui qu’elle honorait.

Il avait gardé de ses études de lettres à l’Université de Lomé, puis de ses années d’enseignement au Togo, l’amour de l’expression française juste et élégante : à l’écrit comme à l’oral, ses mots étaient toujours soigneusement choisis. Ce perfectionnisme est bien visible dans le gros volume qu’il nous laisse, fruit de ses travaux de recherches en patristique et publié en 2020 aux Editions du Cerf (voir sa présentation dans le Bulletin 111, p. 26-27). Il avait trouvé dans l’exégèse typologique de Quodvultdeus, « catéchiste modèle », des richesses transposables dans la pastorale contemporaine : son enseignement sur la connaissance du mystère du Christ et de celui de l’Église ; les clefs de discernement qu’il donne face aux erreurs doctrinales ; et, peut-être surtout, la puissance de sa pédagogie catéchétique, partant du concret des figures bibliques pour rejoindre l’actualité des lecteurs ou auditeurs. Mais le très solide ouvrage de David Djagba restera aussi comme la première étude scientifique d’envergure consacrée à ce disciple encore méconnu d’Augustin qu’est Quodvultdeus : il ouvrira sans aucun doute la voie à d’autres chercheurs.

« A ses élus établis en la vie promise, le vrai Dieu, leur roi, n’assigne de bornes ni pour leur puissance, ni pour leur durée, leur ayant donné un empire sans fin.
Le septième jour marque la fin des épreuves et le repos des saints, en tant que septième jour qui n’est que matin, car il n’aura pas de soir. »

(Extraits de Quodvultdeus, Livre des promesses, cités p. 433).

David Djagba, Exégèse et prédication chez Quodvultdeus de Carthage