• SC 620

    Geoffroy d’Auxerre

    Vie de saint Bernard, abbé de Clairvaux, Vita Prima
    Tome 2 (Livres III-V)

    décembre 2022

    Texte latin du CCCM 89B. — Introduction, traduction, apparats, notes et index par Raffaele Fassetta.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre.
    Révision assurée par Laurence Mellerin.
    ISBN : 9782204143165
    349 pages
    La toute première Vie de saint Bernard, écrite par trois de ses proches

    Présentation

    La première Vie de saint Bernard, abbé de Clairvaux (Vita prima) est sans aucun doute la plus importante, la plus élaborée et la plus belle des biographies anciennes de saint Bernard. Elle a été rédigée, en partie de son vivant, par trois de ses proches – Guillaume de Saint-Thierry, Arnaud de Bonneval et Geoffroy d’Auxerre –, en vue de son procès en canonisation. Outre ses richesses pastorales et spirituelles, elle demeure une source historique fondamentale, car ses trois auteurs faisaient partie de l’entourage de Bernard et ont été témoins de bien des événements qu’ils rapportent. Leurs approches, différentes et complémentaires, donnent une vision riche et nuancée de la complexe personnalité de l’abbé.
    Ce volume contient les trois derniers livres de la Vie, entièrement dus à Geoffroy d’Auxerre.

    Le frère Raffaele Fassetta (o.c.s.o.) est moine de l’Abbaye Notre-Dame de Tamié. Fin connaisseur de l’œuvre de saint Bernard, à laquelle il a consacré de nombreux articles, il a déjà collaboré à plusieurs volumes de la collection : il est le traducteur des 86 Sermons sur le Cantique de l’abbé de Clairvaux (SC 414, 431, 452, 472, 511) et a publié en 2011 les Notes sur la vie et les miracles de saint Bernard de Geoffroy d’Auxerre(SC 548).

    Le mot du directeur de Collection

    Cette première Vie de saint Bernard, fondamentale pour notre connaissance de sa vie et de sa personnalité, a été rédigée en vue de son procès en canonisation. Elle est l’œuvre de trois auteurs différents, témoins oculaires de la plupart des faits qu’ils relatent : Guillaume de Saint-Thierry, ami de toujours, qui mourut avant son héros et ne put rédiger que le premier livre ; Arnaud, abbé bénédictin de Bonneval, compagnon pendant le schisme entre Innocent II et Anaclet II (1130-1138), sans doute destinataire de la dernière lettre de Bernard mourant, auteur du livre II ; Geoffroy d’Auxerre enfin, jeune secrétaire de l’abbé de Clairvaux, véritable maître d’œuvre de la Vita puisqu’il composa des notes préparatoires (les Fragmenta Gaufridi, SC 548), les trois derniers livres et se chargea de la révision finale, en deux rédactions successives. La première est la plus riche (celle ici éditée), mais la seconde permit l’inscription de Bernard au catalogue des saints le 18 janvier 1174.

    Paradoxalement, la Vita est un texte profondément unifié : chacun des auteurs a été marqué par sa première rencontre avec Bernard et voit en lui, sans l’ombre d’un doute, un « homme de Dieu ». Lisons par exemple Guillaume, relatant cette rencontre bien des années plus tard, avec une émotion intacte : « Et je fus saisi d’ une si grande tendresse à l’ égard de cet homme, et d’ un si grand désir d’ habiter avec lui dans cette pauvreté et cette simplicité que, si le choix m’en eût été donné ce jour-là, je n’ aurais rien choisi plus volontiers que de demeurer toujours en ce lieu avec lui pour le servir ». Tous trois ont à cœur de justifier les fréquentes et souvent brutales incursions de Bernard dans la vie de l’Eglise et du monde de son temps, alors même que son état monastique aurait dû s’y opposer, et font de sa vocation de prédicateur, élu comme tel dès le sein de sa mère, la clé de voûte de sa sainteté. Sa condition physique très dégradée, notamment à cause des excès malencontreux de son ascétisme, est un signe de la paradoxale puissance de la faiblesse, dans la lignée de saint Paul. Ils soulignent en Bernard la coopération parfaite de la liberté et de la grâce.

    Cependant l’une des grandes richesses de la Vita tient à sa nature polyphonique : chaque biographe met en valeur des facettes particulières du saint. Guillaume voit en lui l'abbé idéal du Clairvaux de l’âge d’or, son livre I étant en filigrane une exhortation à ce que les cisterciens demeurent fidèles à l’esprit de cette fondation. Bernard est pour lui un nouveau saint Benoît, ermite solitaire de Subiaco, voyant d’un œil fort critique l’enrichissement de son ordre. Arnaud, l’allié fidèle, rapporte de nombreux récits de miracles, en particulier d’exorcismes, manifestant son goût pour le pittoresque et le bizarre sur la toile de fond des événements politiques dans lesquels Bernard fut impliqué. Il insiste tout spécialement sur l’humilité de celui qui refusa toujours le siège épiscopal : « La mitre et l’anneau l’attiraient moins que le râteau et la binette (II, 26) ». Quant à Geoffroy, habité d’un sentiment de vénération filiale inconditionnelle vis-à-vis de Bernard, il suit souvent des schémas traditionnels de l'hagiographie médiévale pour le mettre en valeur, tout en élaborant une nouvelle image de la sainteté de son abbé : celle d’un défenseur de la foi catholique. Ses sorties hors de son monastère sont justifiées par l'obéissance aux injonctions du pape – en particulier pour la prédication de la deuxième croisade –, des abbés de son ordre ou d'autres prélats. Ses violentes attaques contre les deux plus illustres philosophes et théologiens de son temps, Pierre Abélard et Gilbert de la Porrée, sont justifiées sans nuance par l’idée que Bernard est le « très ferme et magnifique pilier de la sainte Église » (V, 11). La figure de Bernard s’est ainsi déplacée d'une sainteté purement monastique à une sainteté orientée vers l'Église et le monde.

    Dans ce vaste ouvrage, on ne trouve que deux dates explicitement mentionnées – celle de l'entrée de Bernard à Cîteaux et celle de sa mort –, mais 340 récits de miracles… Cependant cette biographie hagiographique n’est pas dénuée de valeur historique : la dimension charismatique est un aspect important de la personnalité de Bernard ; par ailleurs la Vita nous donne à voir en filigrane les critiques acerbes que ses contemporains lui avaient adressées et nous révèle certains aspects problématiques de sa figure. Par-delà les actes, qui mettent en lumière une personnalité riche et complexe, parfois même contradictoire, raconter la vie de Bernard, comme l’écrit Guillaume, c’est raconter « le Christ vivant et parlant en lui » (Ga 2, 20, 2 Co 13, 3). Or il s’agit là d’une mission impossible : « comment il vécut sur terre en menant une vie angélique, écrit encore Guillaume, je crois que personne ne peut le raconter, s’il ne vit lui-même de l’Esprit dont il vécut ». In fine, ce texte de combat oriente donc vers ce qui, à peine mentionné, constitue pour nous le cœur de la sainteté de Bernard : ses propres œuvres.

    Laurence Mellerin

    Extrait(s)

    Un vibrant éloge funèbre (V, 11)

    Avec quelle ferveur, avec quelle piété chacun de nous doit s’écrier, aujourd’hui comme alors : Mon Père ! Mon Père ! Char d’ Israël et son conducteur ! Tu étais le havre des hommes ballottés par les flots, le bouclier des opprimés ; et, comme le bienheureux Job le dit de lui-même : Tu as été l’œil de l’aveugle, et le pied du boiteux. Tu étais le modèle de la perfection, l’image de la vertu, le miroir de la sainteté. Tu as été la gloire d’ Israël, toi, la joie de Jérusalem, toi, les délices de ton siècle, et l’unique parure de ton époque. Olivier chargé de fruits, vigne généreuse, palmier en fleur, cèdre luxuriant, platane élevé. Vase d’élection, vase honoré dans la maison de Dieu, vase d’or massif, rehaussé de pierreries de toute sorte, ferme dans la foi et la sainteté, et orné de divers charismes comme de diamants. Toi, colonne très solide et très éclatante de la sainte Église ; toi, puissante trompette de Dieu ; toi, très doux instrument de l’Esprit Saint, qui charmais les hommes pieux, stimulais les tièdes, soutenais les faibles. Ta main et ta langue guérisseuses soignaient, l’une et l’autre, les maladies : celle-là les maladies des corps, celle-ci les maladies des âmes.

Volumes SC connexes

  • SC 619
    couverture SC619

    Guillaume de Saint-ThierryArnaud de Bonneval

    Vie de saint Bernard, abbé de Clairvaux, Vita Prima

    décembre 2022

    La toute première Vie de saint Bernard, écrite par trois de ses proches

  • SC 133
    SC 133

    Sulpice Sévère

    Vie de Saint Martin, tome I

    décembre 1967

    Un best-seller qui a très tôt fait du moine-évêque de Tours l’un des plus grands saints d’Occident.

  • SC 134
    SC 134

    Sulpice Sévère

    Vie de Saint Martin, tome II

    décembre 1968

    Un best-seller qui a très tôt fait du moine-évêque de Tours l’un des plus grands saints d’Occident.

  • SC 135
    SC 135

    Sulpice Sévère

    Vie de Saint Martin, tome II

    décembre 1969

    Un best-seller qui a très tôt fait du moine-évêque de Tours l’un des plus grands saints d’Occident.

  • SC 235
    SC 235

    Hilaire d’Arles

    Vie de saint Honorat

    avril 2006

    Le fondateur de Lérins, devenu évêque d'Arles en 426-427 : saint Honorat, raconté par son disciple et un successeur.

  • SC 367
    SC 367

    Bernard de Clairvaux

    Éloge de la nouvelle chevalerie. Vie de saint Malachie. Épitaphe, Hymne, Lettres

    novembre 1990

    La raison d'être des moines-soldats, bientôt chevaliers du Temple, entre 1129 et 1136.

  • SC 400
    SC 400

    Athanase d'Alexandrie

    Vie d'Antoine

    octobre 2004

    L’acte de naissance de la vie monastique et la source de toutes les aspirations au désert.

  • SC 404
    SC 404

    Honorat de Marseille

    La Vie d'Hilaire d'Arles

    février 1995

    La Provence vers la fin du 5e siècle, à travers la vie d'Hilaire, moine de Lérins puis évêque d'Arles.

  • SC 508
    SC 508

    Jérôme

    Trois vies de moines

    janvier 2007

    Paul, Hilarion, Malchus : une trio de saints égyptiens présenté pour l'essor du monachisme en Occident.

  • SC 527
    SC 527

    Bernard de Clairvaux

    Office de Saint Victor

    novembre 2009

    Texte – et musique ! – d'une liturgie rédigée par Bernard lui-même.

  • SC 536
    SC 536

    Anonyme

    Vie de Césaire d'Arles

    septembre 2010

    Un témoignage vivant sur le grand évêque provençal, peu après sa mort en 542.

  • SC 581
    SC 581

    Paulin de Périgueux

    Vie de saint Martin. Prologue. Livres I-III

    juin 2016

    Le Virgile du 5e siècle chante saint Martin, nouvel héros épique.

Du même auteur

  • SC 548
    SC 548

    Notes sur la vie et les miracles de saint Bernard

    décembre 2011

    Un saint, dans sa grandeur et son humanité, raconté par un proche

  • SC 364
    SC 364

    Entretien de Simon-Pierre avec Jésus

    novembre 1990

    Quand, comme Pierre, on a tout quitté pour le Christ, que doit-il se passer ? Par l'ami et le secrétaire de Bernard de Clairvaux.