• SC 607

    Libératus de Carthage

    Abrégé de l’histoire des nestoriens et des eutychiens

    octobre 2019

    Texte latin de E. Schwartz. Introduction et notes de Philippe Blaudeau. Traduction de François Cassingena-Trévedy, o.s.b. et Philippe Blaudeau.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre.
    Révision assurée par Isabelle Brunetière.
    ISBN : 9782204134156
    445 pages
    Une source historique majeure sur plus d'un siècle de controverses théologiques (428-544), par un Carthaginois, peu avant 566.

    Présentation

    Écrit par Libératus, diacre de Carthage, ce Breviarium traite en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Condensé original d’informations ecclésiastiques d’une richesse rare, ce récit, composé en latin sans doute peu avant 566, forme un objet historiographique plutôt insolite. Libératus ne semble pas toujours tenir la concision de l’« abrégé » pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer du modèle des Histoires ecclésiastiques, jusqu’à citer in extenso des documents majeurs, pour mieux saper, avec discrétion, les fondements de la politique impériale visant à condamner Théodore de Mopsueste et certains écrits de Théodoret de Cyr ou Ibas d’Édesse. Car l’œuvre est partiale et même partisane : Libératus, lui-même impliqué directement dans la phase ultime du conflit, entend rendre justice à la conception strictement chalcédonienne des deux natures du Christ, en proposant une lecture alternative de l’héritage de Cyrille d’Alexandrie. Il témoigne ainsi d’une vision originale de l’Église qui ne se réduit pas à celle de Rome ou d’Alexandrie.
    Ici traduit pour la première fois en français, l’Abrégé constitue une source majeure et une clé nouvelle pour comprendre cette période mouvementée du christianisme ancien.

    Philippe Blaudeau, Professeur en histoire romaine à l’Université d’Angers, est l’auteur de nombreux travaux sur le christianisme tardo-antique, dont Alexandrie et Constantinople (451-491). De l’histoire à la géo-ecclésiologie et Le Siège de Rome et l’Orient (448-536). Étude géo-ecclésiologique, parus à Rome en 2006 et 2012.

    Le Frère François Cassingena-Trévedy, moine de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, est maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris. Il a publié dans la collection Sources Chrétiennes plusieurs œuvres d’Éphrem (nos 459 et 502).

    Le mot du directeur de Collection

    L’histoire enfin écrite par les « vaincus », ou plus d’un siècle d’histoire doctrinale complexe vu sous une nouvelle lumière : tel est l’intérêt, exceptionnel, de l’Abrégé de l’histoire des nestoriens et des eutychiens écrit par Libératus. Ce diacre de Carthage est connu essentiellement par ce Breviarum latin qu’il a composé sans doute peu avant 566. Le texte traite en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’au 1er édit promulgué par Justinien contre les Trois Chapitres (428-544).
    En tant que narration, loin d’être neutre, l’œuvre est partisane, puisque Libératus a été lui-même impliqué directement dans la phase ultime du conflit. Libératus, « pérégrinant » entre Occident et Orient, montre une connaissance des événements rare parmi ses contemporains, clercs ou laïcs, de Proconsulaire et des autres provinces d’Afrique, qui avaient quant à eux été très largement tenus à l’écart. Le propos de l’auteur est de rendre justice à la christologie antiochienne des deux natures du Christ et d’offrir une clef de lecture des condamnations et des brutalités subies, qui d’après lui trouvent leur origine dans les effets du penchant par trop spéculatif de la théologie alexandrine.
    D’un point de vue historiographique, cet objet littéraire est bien curieux et difficile à qualifier. Plus de 120 pages pour un « abrégé » ? Loin d’être une version « courte » d’un ouvrage plus long, c’est un condensé original puisant à diverses sources, qui tient à la fois des Histoires ecclésiastiques – mêlant apologétique et rigueur dans la citation de documents intégraux –, des bréviaires canoniques par lesquels l’Église d’Afrique fondait sa position, et du guide de pèlerin : les chrétiens d’Afrique latine auxquels le Carthaginois s’adresse étaient, en effet, susceptibles de se perdre dans les méandres d’une histoire complexe – presque exotique pour eux – et d’en ignorer les enjeux. Est-il utile en l’espèce de comparer leur situation à celle des lecteurs modernes ?
    Le volume est sans précédent en tant qu’il fait connaître une œuvre souvent ignorée en raison de la difficulté du sujet et de l’absence de traduction. Or l’œuvre a plus d’un intérêt. À la fois malgré son caractère partisan et grâce à lui, elle constitue une mine d’informations de première main et un témoignage majeur de l’époque durant laquelle la querelle christologique ne cesse de faire rage. En illustrant une appropriation divergente des troubles doctrinaux qui ont suivi les conciles d’Éphèse (431) et de Chalcédoine (451), l’Abrégé propose aussi une intelligence nouvelle de l’Église par rapport à la vision romaine. Une « géo-ecclésiologie » alternative, qu’illustrent plusieurs cartes originales, un tableau des empereurs et des évêques, ainsi que des index.
    En rendant enfin accessible une source majeure et indispensable – elle est pour la première fois traduite en français, sur la base du texte excellemment édité par Eduard Schwartz dans les Acta conciliorum oecumenicorum –, le volume complète opportunément dans la collection les cinq volumes que remplit la Défense des Trois Chapitres de Facundus d’Hermiane (SC 471, 478, 479, 484 et 499). Il entre en résonance également avec les Histoires ecclésiastiques ainsi qu’avec les écrits de Théodoret de Cyr, pour enrichir les sources historiques et doctrinales des Ve et VIe siècles.

    (G. Bady, 2019)

    Guillaume Bady

Volumes SC connexes

  • SC 542
    • SC 542
      Histoire ecclésiastique, Livres I-III
      octobre 2011
      Éphèse, Chalcédoine, conciles et « Brigandage », pestes, séismes et incendies : de 431 à 518, une histoire haute en couleur.
  • SC 566
    • SC 566
      Histoire ecclésiastique, Livres IV-VI
      juin 2014
      L'empereur Justinien, la splendeur de Sainte-Sophie, les Perses, les Vandales et les Goths, les intrigues à la cour : de 518 à 590, une histoire haute en couleur.
  • SC 471
    • SC 471
      Défense des Trois Chapitres (À Justinien), tome I
      novembre 2002
      Un empereur peut-il condamner des théologiens ? Au milieu du 6e siècle, un Africain réagit.
  • SC 478
    • SC 478
      Défense des Trois Chapitres (À Justinien), tome II.1
      novembre 2003
      Un empereur peut-il condamner des théologiens ? Au milieu du 6e siècle, un Africain réagit.
  • SC 479
    • SC 479
      Défense des Trois Chapitres (À Justinien), tome II.2
      novembre 2003
      Un empereur peut-il condamner des théologiens ? Au milieu du 6e siècle, un Africain réagit.
  • SC 484
    • SC 484
      Défense des Trois Chapitres (A Justinien), tome III (Livres VIII-X)
      septembre 2004
      Un empereur peut-il condamner des théologiens ? Au milieu du 6e siècle, un Africain réagit.
  • SC 499
    • SC 499
      Défense des Trois Chapitres (À Justinien), tome IV
      janvier 2006
      Un empereur peut-il condamner des théologiens ? Au milieu du 6e siècle, un Africain réagit.
  • SC 477
  • SC 493
  • SC 505
    • SC 505
      Histoire ecclésiastique, Livres IV-VI
      novembre 2006
      De 305 à 439, une histoire « des Églises », par un constantinopolitain membre d'une Église dissidente.
  • SC 506
  • SC 111
    • SC 111
      Correspondance, tome III
      décembre 1965
      Un témoignage direct d'un acteur-clé des controverses théologiques en Orient dans la première moitié du 5e siècle.
  • SC 429
    • SC 429
      Correspondance, tome IV
      février 1998
      Un témoignage direct d'un acteur-clé des controverses théologiques en Orient dans la première moitié du 5e siècle.