• SC 494

    Jérôme

    Homélies sur Marc

    novembre 2005

    Texte latin de dom Germain Morin (CCL 78). – Introduction, traduction et notes par Jean-Lous Gourdain.

    ISBN : 9782204079280
    232 pages
    Le seul commentaire patristique sur Marc, par le plus expert ds exégètes latins.

    Présentation

    Les Homélies sur Marc font partie des sermons restitués à Jérôme par dom Morin à la fin du XIXe siècle. Elles constituent un échantillon significatif de la prédication du moine de Bethléem et l'exemple exceptionnel d'un commentaire patristique – même partiel – du second Évangile.
    Dans ces discours à la saveur orale très marquée, le prédicateur, qui s'inspire de sources origéniennes, fait preuve d'une pédagogie vigoureuse pour répondre aux préoccupations d'un auditoire mélangé, qu'on devine agité de questions exégétiques et théologiques. Il y affirme avec force la validité d'une interprétation spirituelle appliquée à l'Évangile et professe son attachement à la plus stricte orthodoxie trinitaire.
    A côté des commentaires savants, qu'elles permettent d'ailleurs de compléter, les Homélies sur Marc révèlent une personnalité plus attachante qu'on ne le croit parfois.

     

    Professeur agrégé de Lettres classiques, Jean-Louis Gourdain enseigne en classes préparatoires littéraires au Lycée Jeanne d'Arc de Rouen. Ses travaux portent sur l'exégèse de S. Jérôme, à qui il a consacré sa thèse de doctorat, Les Psaumes dans l'explication des Prophètes chez saint Jérôme (1991).

    Le mot du directeur de Collection

    Les dix Homélies sur Marc de Jérôme (SC 494, 232 pages) sont une œuvre doublement originale : avec ses Homélies sur les Psaumes, elles sont le seul témoin conservé de sa prédication et la seule exégèse patristique de Marc un peu ample à nous être parvenue. Curieusement, en effet, du moins à nos yeux, car l'Évangile de Marc est aujourd'hui l'objet d'une grande attention et bénéficie d'une espèce de « valorisation » par rapport aux trois autres évangiles canoniques en raison de son ancienneté, les Pères ne semblent pas l'avoir commenté pour lui-même. En tout cas, rien ne nous est parvenu de l'exégèse plus ou moins continue qu'ils auraient pu en donner, alors que nous possédons des homélies ou des commentaires patristiques assez nombreux sur Matthieu, Luc et Jean. D'autre part, dans leur exégèse, les références directes à Marc sont infiniment moins nombreuses que celles faites aux autres évangiles. On ne trouve, par exemple, que deux homélies prêchées à partir d'un texte de Marc dans les Homélies sur l'Évangile de Grégoire le Grand. Il faut, sauf erreur, attendre Bède le Vénérable pour trouver un commentaire continu de l'Évangile de Marc (voir la liste de ses œuvres dressée dans le dernier chapitre de son Histoire ecclésiastique). Cela donne un prix particulier à ces dix homélies de Jérôme.
    La paternité de ces Homélies lui a été tardivement contestée, mais de manière peu convaincante comme l'a montré Pierre Jay. La thèse du savant italien, Vittorio Peri, qui voulait les attribuer à Origène et réduire tout au plus le rôle de Jérôme à celui de traducteur, n'a pas emporté l'adhésion des spécialistes. C'est donc à juste titre que Jean-Louis Gourdain, professeur en classes préparatoires de Lettres à Rouen et disciple de P. Jay, qui fut aussi son directeur de thèse de doctorat (Les Psaumes dans l'explication des Prophètes chez saint Jérôme, 1991), les publie aujourd'hui dans « Sources Chrétiennes » sous le nom de Jérôme à partir de l'édition qu'en a donné dom Germain Morin (CCL 78).
    La date à laquelle furent prononcées ces homélies, à Bethléem, est difficile à déterminer avec certitude. J.-L. Gourdain avance, avec prudence et en reconnaissant la fragilité de son hypothèse, une date postérieure au début de la controverse origéniste, et propose de les situer après 393, voire après 397. Le public auquel s'adresse Jérôme n'est pas beaucoup plus facile à identifier avec certitude. S'agit-il de moines, comme inviteraient à le croire certaines homélies (Hom. 1, p. 85), ou d'un auditoire composite, comme d'autres homélies paraissent l'indiquer ? Relativement brèves, ces homélies conservent parfois un certain caractère d'improvisation et d'oralité. Ainsi l'Homélie 5 (p. 139) : Jérôme avait prévu de prêcher sur le Psaume du jour, mais un prêtre l'a fait avant lui ; il commentera donc l'évangile de la guérison de l'aveugle de Bethsaïde.
    Dans ces homélies, Jérôme observe la même sobriété que dans ses commentaires, son Commentaire sur saint Matthieu par exemple (SC 242 et 259). Comme Eusèbe et la plupart des Pères, il se montre attentif à résoudre les difficultés que présentent les divergences entre les récits des évangélistes (cf. Hom. 6, p. 155) : pour lui aussi, elles ne sont qu'apparentes. Son attention à la lettre du texte ne lui interdit pas de chercher à atteindre, presque toujours, le sens spirituel, comme le fait Origène, et à souligner, comme lui, dans ses homélies, le passage du sens littéral (historia) à ce sens supérieur, d'ordinaire plus riche pour la vie chrétienne. Il lui arrive même d'avoir à se justifier de faire violence au texte auprès de ceux qui lui reprocheraient un usage excessif de l'allégorie. Ainsi dans son homélie sur la Transfiguration du Christ, où il invoque l'autorité de Paul en Galates 4, 24 :

    « Nous ne refusons pas l'histoire, mais nous préférons l'intelligence spirituelle. Et ce n'est pas là notre avis personnel, nous suivons l'avis des apôtres et surtout du vase de l'élection (cf. Ac 9, 15), qui a compris pour sa vie ces mots que les juifs ont compris pour leur mort, je veux parler bien évidemment de l'Apôtre, qui dit que Sara et Agar doivent être interprétées comme les deux Testaments, qui correspondent au mont Sinaï et au mont Sion. (...). Est-ce que par hasard Agar n'a pas existé, ni Sara ? Est-ce que par hasard le mont Sinaï n'existe pas, ni le mont Sion ? Il n'a pas nié l'histoire, mais il a révélé les mystères sacrés » (Hom. 6 sur la Transfiguration, p. 156).

    À plusieurs reprises, son exégèse de Marc revêt une dimension polémique, contre les Juifs et leur aveuglement venant de leur attachement exclusif à la lettre du texte, et contre les hérétiques. Contre les tenants de l'arianisme, Jérôme affirme avec vigueur la foi trinitaire telle que l'a définie le concile de Nicée. Cette attention portée à la défense de la théologie trinitaire se double chez lui d'une intéressante réflexion christologique sur les deux natures du Christ, à la fois pour réfuter les thèses d'Apollinaire et pour prévenir l'accusation que l'on pourrait lui adresser de diviser le Christ en deux personnes. Jérôme présente sur ce point, dans ces homélies, des développements doctrinaux qu'on ne s'étonnerait pas de lire un siècle plus tard sous la plume de l'Antiochien Théodoret, en pleine crise nestorienne :

    « Que personne ne pense que nous divisons le Christ. En effet, des calomniateurs s'imaginent d'ordinaire que nous faisons deux personnes en Christ : un homme et un Dieu. Mais nous, nous croyons en la Trinité, nous ne croyons pas en une Quaternité qui mettrait deux personnes en Christ. Car si le Christ est en deux personnes, de même le Fils, c'est-à-dire le Christ, est double : donc il y a quatre personnes. Nous donc, nous croyons au Père, au Fils et à l'Esprit saint... » (Hom. 7 sur l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem, p. 181-183).

    Ce petit recueil d'homélies hiéronymiennes est donc riche d'enseignements sur les questions exégétiques et doctrinales qui agitaient alors l'auditoire de Jérôme. Il ne s'agit évidemment pas d'un commentaire continu de l'Évangile de Marc, même si le recueil, tel qu'il nous est transmis, suit – mais avec beaucoup de « blancs » – l'ordre des chapitres de cet évangile.

    (J.-N. Guinot, 2005)

    Jean-Noël Guinot

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Les dix Homélies sur Marc de Jérôme sont une œuvre doublement originale : avec ses Homélies sur les Psaumes, elles sont le seul témoin conservé de la prédication du moine de Bethléem ; elles sont aussi la seule exégèse patristique de Marc un peu ample à nous être parvenue. Si l’évangile de Marc est aujourd’hui l’objet d’une grande attention et bénéficie d’une espèce de « valorisation » par rapport aux trois autres évangiles canoniques en raison de son ancienneté, les Pères ne semblent pas l’avoir commenté pour lui-même. En outre, dans leur exégèse, les références directes à Marc sont infiniment moins nombreuses que celles faites aux autres évangiles.

    La paternité de ces Homélies a été tardivement contestée à Jérôme, mais de manière peu convaincante. La thèse qui voulait les attribuer à Origène et réduire tout au plus le rôle de Jérôme à celui de traducteur n’a pas emporté l’adhésion des spécialistes. La date à laquelle furent prononcées ces homélies, à Bethléem, est difficile à déterminer avec certitude. J.-L. Gourdain suggère que ces prédications ont eu lieu entre 393 et 397. Le public auquel s’adresse Jérôme n’est pas beaucoup plus facile à identifier avec certitude. S’agit-il de moines ou d’un auditoire composite ?

    Le texte édité est celui du CCSL 78, donné par dom G. Morin. Il est basé sur trois manuscrits, du IXe au XIe siècle, qui donnent la première homélie, ainsi que sur une édition de 1549 donnant les dix homélies.

    Relativement brèves, les dix homélies du volume conservent parfois un certain caractère d’improvisation et d’oralité. Ainsi l’Homélie 5 (p. 139) : Jérôme avait prévu de prêcher sur le Psaume du jour, mais un prêtre l’a fait avant lui ; il commentera donc l’évangile de la guérison de l’aveugle de Bethsaïde. Dans ces homélies, Jérôme observe la même sobriété que dans ses commentaires, par exemple sur saint Matthieu (SC 242 et 259). Comme Eusèbe et la plupart des Pères, il se montre attentif à résoudre les difficultés que présentent les divergences entre les récits des évangélistes (cf. Hom. 6, p. 155) : pour lui aussi, elles ne sont qu’apparentes. Son attention à la lettre du texte ne lui interdit pas de chercher à atteindre, presque toujours, le sens spirituel, comme le fait Origène, et à souligner, comme lui, dans ses homélies, le passage du sens littéral (historia) à ce sens supérieur, d’ordinaire plus riche pour la vie chrétienne. Il lui arrive même d’avoir à se justifier de faire violence au texte auprès de ceux qui lui reprocheraient un usage excessif de l’allégorie.

    À plusieurs reprises, son exégèse de Marc revêt une dimension polémique, contre les Juifs et leur prétendu aveuglement venant de leur attachement exclusif à la lettre du texte, et contre les hérétiques. Contre les tenants de l’arianisme, Jérôme affirme avec vigueur la foi trinitaire telle que l’a définie le concile de Nicée. Cette attention portée à la défense de la théologie trinitaire se double chez lui d’une intéressante réflexion christologique sur les deux natures du Christ, à la fois pour réfuter les thèses d’Apollinaire et pour prévenir l’accusation que l’on pourrait lui adresser de diviser le Christ en deux personnes.

    Extrait(s)

    (Homélie 9, 7, p. 169)

    Et il y eut une nuée qui les couvrit sous son ombre. Une nuée, selon Matthieu, « photinè ». Je pense que cette nuée, c’est la grâce de l’Esprit Saint. Une tente protège et donne de l’ombre à ceux qui sont sous la tente : la fonction des tentes, c’est la nuée qui la remplit. Ô Pierre, toi qui veux faire trois tentes, regarde la tente unique de l’Esprit Saint qui nous protège semblablement. Si tu avais fait trois tentes, à coup sûr tu aurais fait trois tentes humaines et tu les aurais faites pour empêcher la lumière d’entrer et retenir l’ombre. Or la nuée est lumineuse et en même temps elle donne de l’ombre : cette tente n’empêche pas le soleil de la justice d’entrer mais elle le retient. Et le Père te dira : « Pourquoi as-tu fait trois tentes ? Voici que tu as une tente unique. » Voyez le mystère de la Trinité, du moins selon ma façon de le comprendre.

Volumes SC connexes

  • SC 45
    SC 45

    Ambroise de Milan

    Traité sur l'Évangile de S. Luc, tome I

    décembre 1956

    Après Origène, le commentaire de Luc.

  • SC 52
    SC 52

    Ambroise de Milan

    Traité sur l'Évangile de S. Luc, tome II

    décembre 1958

    Après Origène, le commentaire de Luc.

  • SC 75
    SC 75

    Augustin d’Hippone

    Commentaire de la Première Épître de saint Jean

    décembre 1961

    « Dieu est Amour », par le Docteur de la grâce (en 415).

  • SC 485
    SC 485

    Grégoire le Grand

    Homélies sur l'Évangile, Livre I

    novembre 2005

    La prédication pastorale d’un pape au peuple de Rome (vers 590).

  • SC 254
    SC 254

    Hilaire de Poitiers

    Sur Matthieu, tome I

    décembre 1978

    Sans doute le premier commentaire latin du Premier évangile.

  • SC 258
    SC 258

    Hilaire de Poitiers

    Sur Matthieu, tome II

    mai 1979

    Sans doute le premier commentaire latin du Premier évangile.

  • SC 242
    SC 242

    Jérôme

    Commentaire sur saint Matthieu, tome I

    janvier 1978

    Sobre et rapide, un commentaire qui va à l'essentiel, par le plus savant exégète latin.

  • SC 259
    SC 259

    Jérôme

    Commentaire sur saint Matthieu, tome II

    juillet 1979

    Sobre et rapide, un commentaire qui va à l'essentiel, par le plus savant exégète latin.

  • SC 180
    SC 180

    Jean Scot

    Commentaire sur l'Évangile de Jean

    décembre 1972

    Le plus divin des évangiles, par un Irlandais à la cour de Charles le Chauve (9e s.).

  • SC 151
    SC 151

    Jean Scot

    Homélie sur le Prologue de Jean

    septembre 1969

    Toute une théologie en quelques versets, par un Irlandais à la cour de Charles le Chauve (9e s.).

Du même auteur

  • SC 602
    SC 602

    Commentaire sur Daniel

    juin 2019

    La fin des temps : terrible prophétie ! En 407, Jérôme interroge Daniel.

  • SC 593
    SC 593

    Douze homélies sur des sujets divers

    mars 2018

    Le temps de quelques homélies, écouter saint Jérôme parler à ses frères de Bethléem.

  • SC 592
    SC 592

    Préfaces aux livres de la Bible

    décembre 2017

    Chaque livre de la Bible introduit par l’auteur et éditeur de la Vulgate latine.

  • SC 508
    SC 508

    Trois vies de moines

    janvier 2007

    Paul, Hilarion, Malchus : une trio de saints égyptiens présenté pour l'essor du monachisme en Occident.

  • SC 473
    SC 473

    Débat entre un Luciférien et un Orthodoxe

    mars 2003

    Lucifer ? Un évêque de Sardaigne, intransigeant jusqu'au schisme. La verve de Jérôme, dans les années 373-377.

  • SC 323
    SC 323

    Commentaire sur Jonas

    novembre 1985

    Peut-être le meilleur commentaire du plus savant des exégètes latins.

  • SC 303
    SC 303

    Apologie contre Rufin

    juin 1983

    Les plus anciens amis font les meilleurs ennemis : Jérôme contre-attaque.

  • SC 259
    SC 259

    Commentaire sur saint Matthieu, tome II

    juillet 1979

    Sobre et rapide, un commentaire qui va à l'essentiel, par le plus savant exégète latin.

  • SC 242
    SC 242

    Commentaire sur saint Matthieu, tome I

    janvier 1978

    Sobre et rapide, un commentaire qui va à l'essentiel, par le plus savant exégète latin.

  • SC 43

    Sur Jonas

    décembre 1956