• SC 481

    Bernard de Clairvaux

    Sermons pour l'année. Tome I.2
    De Noël à la Purification de la Vierge

    ŒUVRES COMPLÈTES XV.2
    mars 2004

    Texte latin des S. Bernardi Opera par J. Leclercq, H. Rochais et Ch.-H. Talbot. — Introduction par Marielle Lamy. — Traduction par Marie-Imelda Huille (†), o.c.s.o. — Notes par Aimé Solignac, s.j.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre et de la Fondation Singer-Polignac.
    Révision assurée par Laurence Mellerin.
    ISBN : 9782204073660
    319 pages
    Vivre l'année liturgique avec saint Bernard, en plus de 120 sermons.

    Présentation

    Textes littéraires très travaillés, enracinés dans la liturgie et la vie quotidienne du monastère de Clairvaux, les Sermons pour l'année ne sont pas toutefois l'exact reflet d'une prédication orale. Ils constituent de véritables « traités » thématiques où Bernard, en docteur de la vie spirituelle, développe sa théologie mystique.

    L'aujourd'hui de la liturgie est en tension entre le passé et l'avenir, entre le « déjà là » et le « pas encore » : il renvoie à l'économie du salut, à l'histoire sainte comme à l'attente eschatologique. Les Sermons autour de Noël insistent sur l'abaissement du Dieu miséricordieux, dans la décision même de l'Incarnation, dans la naissance du Verbe « abrégé dans la chair » et pauvre parmi les pauvres, dans sa soumission à la loi de la circoncision, au baptême des pécheurs. Mais dès le premier sermon, la trajectoire est annoncée de bout en bout : celui qui est descendu au plus bas, jusque dans l'enfer, est aussi celui qui est monté au plus haut des cieux. C'est un itinéraire de salut que Bernard propose ici à ceux qui veulent imiter le Christ dans son humilité.

    Par ces sermons, Bernard a exercé une influence considérable chez les cisterciens (Guerric d'Igny, Isaac de l'Étoile et Aelred de Rievaulx), mais il a aussi enrichi le patrimoine spirituel de l'Église tout entière : Jean Gerson ou François de Sales par exemple surent en tirer profit. Ils participent tout spécialement à la redécouverte contemporaine de Bernard comme un grand auteur mystique, qui appelle à une conversion mobilisant à la fois raison et affectivité.

    Sœur Marie-Imelda Huille † (o.c.s.o.) est moniale à l’Abbaye Notre-Dame d’Igny. Marielle Lamy est maître de conférences à l'Université Paris IV. Le P. Aimé Solignac, jésuite, est collaborateur à Sources Chrétiennes.

    Le mot des Sources Chrétiennes

    Les Sermons pour l'année de Bernard de Clairvaux inaugurent, eux aussi, une nouvelle série à l'intérieur du programme d'édition des Œuvres complètes du grand abbé cistercien. Le tome I.1 (SC 480) contient sept sermons pour l'Avent et six sermons pour la Vigile de Noël ; le tome I.2 (SC 481), dix-neuf sermons pour le temps qui va de Noël à la purification de la Vierge (5 sermons pour Noël, 1 pour les fêtes de saint Étienne, saint Jean et les saints Innocents, 3 pour la circoncision du Seigneur, 4 pour l'Épiphanie et le dimanche en octave, 2 sur les noces de Cana, 1 sur la conversion de Paul, 3 pour la Purification). On trouve là un écho de la prédication de l'abbé s'adressant à ses moines assemblés au chapitre, non plus pour commenter la Règle, mais pour leur offrir une nourriture spirituelle d'une autre sorte à l'occasion des grandes fêtes de l'année liturgique, comme le veut l'usage cistercien. Un usage que Bernard paraît avoir largement étendu et dont les 128 pièces conservées dans la collection la plus complète des Sermons pour l'année ne représentent sans doute qu'une partie de sa prédication, poursuivie d'année en année en fonction du calendrier liturgique. Tout semble indiquer que ces sermons ont été réellement prêchés et ne relèvent pas seulement d'un artifice littéraire ; il ne faudrait pas croire pourtant qu'ils sont l'exact reflet de la prédication orale de Bernard : ils ont été retravaillés, partiellement récrits parfois, pour devenir des textes littéraires réunis dans des collections, dont on connaît plusieurs états, depuis une série brève jusqu'à la série la plus complète, ici éditée, réalisée du vivant de Bernard.

    La volonté de présenter un cycle continu de sermons, suivant le déroulement de l'année liturgique, depuis l'Avent jusqu'aux fêtes de novembre, a présidé à la constitution de ce recueil. Elle a nécessité une sélection, l'adoption parfois d'un ordre différent de celui de la prédication, voire l'adjonction de sermons complémentaires. Grâce aux indications contenues dans plusieurs sermons, les spécialistes ont pu proposer une date, au moins approximative, de rédaction de ces collections successives, dont on peut mesurer, chaque fois, ce qu'elles doivent à un effort de composition littéraire. Progressivement, grâce à un travail de réécriture, à des remaniements et des amplifications souhaités par Bernard lui-même, le discours oral s'est effacé derrière un texte destiné à être lu et médité, le groupement des sermons par thèmes et par sujets permettant la mise en place de subtiles harmoniques et l'approfondissement du mystère dans lequel introduit la fête liturgique. Comme l'écrit Marielle Lamy, maître de conférences à la Sorbonne, à qui l'on doit l'introduction générale à ces deux volumes : « La prédication de Bernard a pour but de faire entrer ses moines dans la dimension sacramentelle de la liturgie », qui est actualisation de l'histoire du salut depuis l'incarnation du Verbe jusqu'au moment où le Christ est remonté siéger à la droite du Père dans la gloire. Bernard propose ainsi à chaque moine, comme à toute sa communauté, un itinéraire spirituel à travers les fêtes que la liturgie tout à la fois commémore et actualise de manière cyclique dans le temps présent, elle qui introduit déjà, par anticipation, dans l'éternité avec le Christ :

    « Pourquoi s'étonner qu'on dise aujourd'hui encore dans l'Église : 'le Christ, le Fils de Dieu, naît', alors que si longtemps auparavant on disait déjà – et c'était bien de lui qu'il s'agissait – 'Un enfant nous est né' (Is 9, 6) ? Il y a bien longtemps qu'on a commencé d'entendre cette parole, et jamais aucun des saints ne s'en est lassé. C'est que 'le Christ Jésus', le Fils de Dieu, 'est identique hier, aujourd'hui, et pour l'éternité' (He 13, 8) » [Sermon VI, 3 pour la Vigile de Noël].

    Tracé pour des moines cisterciens, cet itinéraire spirituel ne leur est pas réservé : le chrétien d'aujourd'hui, désireux de nourrir sa vie spirituelle, peut aisément l'emprunter. Ainsi ne saurait-on fêter en toute vérité l'avènement du Christ à Noël et attendre son dernier avènement dans la gloire sans laisser place à ce troisième avènement, intermédiaire et tout intime, si cher à saint Bernard, celui du Christ au-dedans de soi et dans sa vie :

    « Cet avènement intermédiaire est ainsi comme un chemin par lequel on va du premier au dernier » (Sermon V, 1 pour l'Avent).

    La traduction de ces sermons a été faite par Sœur Marie-Imelda Huille, moniale de l'abbaye Notre-Dame d'Igny ; l'annotation, en dehors des notes bibliques rédigées par Jean Figuet, est due au P. Aimé Solignac de l'Institut des Sources Chrétiennes.

    Jean-Noël Guinot

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Sermons pour Noël 1-5

    Sermon 1 : Les cinq sources. Noël est une leçon d’humilité et la manifestation de la bonté de Dieu. Le Christ vient nous sauver du péché et de mort. Il est une source de miséricorde qui lave, de sagesse qui désaltère, de grâce qui vivifie, de ferveur qui suscite la charité. Ces quatre sources sont liées au temps présent. La cinquième source, celle de la vie, sera pour l’au-delà du temps.

    Sermon 2 : Les trois alliages de la puissance divine. Nous avons trois grandes œuvres à contempler : la création, alliage du limon et du souffle, mais altéré par le péché ; la rédemption, alliage du Verbe, de l’âme et de la chair en vue de la restauration de la création ; la glorification, alliage de l’homme et de Dieu.

    Sermon 3 : Le mystère de Noël proposé à notre imitation : l’étable dans la nuit ; la fragilité du nouveau-né ; ses larmes ; la veille des bergers.

    Sermon 4 : Trois vertus : humilité, chasteté, justice. Méditation sur l’apparition des anges et la venue des bergers à Bethléem.

    Sermon 5 : Le Christ, Père des miséricordes et Dieu de toute consolation.

    Sermon pour les fêtes de saint Étienne, de saint Jean et des saints Innocents

    Ces trois saints représentent trois forment complémentaires de sainteté. Réflexion sur l’intention et l’acte.

    Sermons pour la Circoncision 1-3

    Dans le 1er sermon, Bernard explique le sens de la circoncision de Jésus, du huitième jour choisi pour l’accomplir, ainsi que celle du nom de Jésus.

    Il en vient alors, dans le sermon 2, à la circoncision spirituelle du croyant, imitation librement consentie de celle du Christ. Le troisième sermon médite sur les huit jours de la circoncision, comme étapes de la progression dans les vertus.

    Sermons pour l'Épiphanie 1-3

    Le premier sermon décrit la triple manifestation du Seigneur : aux rois mages ; lors de son baptême et aux noces de Cana. Les 2e et 3e sermons sont consacrés à la première manifestation : ils décrivent la foi des mages et la symbolique de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

    Sermon pour l'octave de l'Épiphanie

    Le baptême du Christ, dans son humilité, manifeste la plénitude de toute justice, à imiter.

    Sermons pour le 1er dimanche après l'octave de l'Épiphanie 1-2

    Bernard commente l’épisode des noces de Cana : l’intervention de Marie dans le sermon 1 ; les actes et la personne du Christ dans le sermon 2, qui se termine par une invitation à la purification et la crainte de Dieu.

    Sermon pour la Conversion de saint Paul

    Si l’église célèbre cette conversion, c’est pour inciter les croyants, persécuteurs du Christ, à se convertir à leur tour en obéissant à la volonté du Seigneur, reconnue à travers les médiations humaines.

    Sermons pour la purification de la Vierge Marie 1-3

    « Nous avons reçu ta miséricorde au milieu de ton temple ». Trois brefs sermons, décrivant une triple miséricorde pour une triple misère (1), puis les modalités de la procession et leur signification (2). La procession à laquelle les moines sont invités devra comporter amour fraternel, œuvres bonnes, ferveur, humilité, joie et dynamisme spirituel. Marie s’est soumise librement à la Loi, le Fils s’est offert librement de sa naissance à sa mort. Nous aussi avons à nous offrir librement (3).

    Extrait(s)

    Sermon pour l'Épiphanie 3, 8 (p. 187-189)

    Si vous désirez maintenant entendre, à propos de ces trois manifestations, quelque chose qui serve à la conduite de votre vie, remarquez ceci : le Christ se manifeste tout d’abord comme enfant en compagnie de la Vierge Mère ; il nous enseigne ainsi à rechercher avant tout la simplicité et la réserve. En effet la simplicité est naturelle aux enfants et la réserve convient bien aux vierges. A nous tous donc, au début de notre conversion, aucune vertu n’est plus nécessaire qu’une humble simplicité et une réserve pleine de gravité.

    Dans sa seconde manifestation, le Sauveur vient aux eaux du baptême, non certes pour être lavé, mais plutôt pour recevoir le témoignage du Père. Telles sont les larmes du don généreux de soi ; par elles nous ne recherchons pas le pardon des péchés, mais ce qui fait la joie de Dieu le Père. Cela se produit lorsque descend sur nous l’esprit des fils adoptifs, qui rend témoignage à notre esprit que nous sommes fils de Dieu, de sorte qu’il nous semble entendre du ciel une parole pleine de la douceur du miel, qui nous assure que vraiment Dieu le Père trouve en nous sa joie. Grande est la différence entre ces larmes de la générosité, les larmes de l’âge adulte assurément, et celles qu’a versées le premier âge au milieu des vagissements du nouveau-né, je veux parler des larmes de la pénitence et du remords.

    Pourtant il est encore une autre sorte de larmes qui l’emporte de beaucoup sur les deux précédentes : elles ont la saveur du vin. Oui, dirais-je, elles se changent vraiment en vin, les larmes provoquées par un sentiment de compassion fraternelle, s’écoulant en ferveur de charité : du fait de cette charité tu en viens, un moment au moins, à t’oublier toi-même, saisi comme d’une sobre ivresse.

    Errata

    Page

    Localisation

    Texte concerné

    Correction

    Remarques

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

Volumes SC connexes

  • SC 459
    SC 459

    Éphrem de Nisibe

    Hymnes sur la Nativité

    avril 2001

    Le Dieu devenu Tout-Petit, par le plus grand poète syriaque.

  • SC 80
    SC 80

    Jean Damascène

    Homélies sur la Nativité et la Dormition

    décembre 1960

    Des merveilles pour la contemplation de Marie, mise en regard de son Fils, par un grand théologien en pays d'islam, au 8e siècle.

  • SC 72
    SC 72

    Amédée de Lausanne

    Huit homélies mariales

    décembre 1960

    Les 7 événements de la vie de Marie, autant de dons de l'Esprit et de degrés sur l'échelle spirituelle à gravir, pour cet auteur du 12e siècle.

  • SC 166
    SC 166

    Guerric d'Igny

    Sermons, tome I

    décembre 1970

    Écouter la Parole de Dieu pour mieux l'enfanter : l'année liturgique avec un cistercien du 12e siècle.

  • SC 202
    SC 202

    Guerric d'Igny

    Sermons, tome II

    décembre 1973

    Écouter la Parole de Dieu pour mieux l'enfanter : l'année liturgique avec un cistercien du 12e siècle.

  • SC 130
    SC 130

    Isaac de l'Étoile

    Sermons, tome I

    décembre 1967

    Plus de 50 sermons pour l'année liturgique, par l'abbé de l'Étoile, au 12e siècle.

  • SC 207
    SC 207

    Isaac de l'Étoile

    Sermons, tome II

    décembre 1974

    Plus de 50 sermons pour l'année liturgique, par l'abbé de l'Étoile, au 12e siècle.

  • SC 339
    SC 339

    Isaac de l'Étoile

    Sermons, tome III

    novembre 1987

    Plus de 50 sermons pour l'année liturgique, par l'abbé de l'Étoile, au 12e siècle.

  • SC 192
    SC 192

    Julien de Vézelay

    Sermons, tome I

    décembre 1972

    Vézelay au 12e siècle, comme si vous y étiez.

  • SC 193
    SC 193

    Julien de Vézelay

    Sermons, tome II

    décembre 1972

    Vézelay au 12e siècle, comme si vous y étiez.

Du même auteur

  • SC 570
    SC 570

    Sermons pour l'année, tome II.2

    décembre 2016

    Dans l'ascension vers Dieu, la consolation du Psaume 90 : le carême de saint Bernard, en 1139.

  • SC 567
    SC 557

    Sermons pour l'année. Tome II.1

    décembre 2016

    La montée vers Pâques, actualisation du salut, par le « dernier des Pères de l'Église ».

  • SC 390
    SC 390

    À la louange de la Vierge Mère

    juillet 2013

    Les plus belles pages mariales du Moyen Âge, écrites par le « dernier des Pères » (au XIIe s.).

  • SC 556
    SC 556

    Lettres. Tome III

    novembre 2012

    « Dis-moi, n’as-tu pas une âme ? » Entre histoire et spiritualité, saint Bernard interpelle.

  • SC 545
    SC 545

    Sermons divers (70-125). Tome III

    octobre 2012

    Quête spirituelle, conversion, ascèse, discernement… : l'enseignement de saint Bernard en plus de 120 sermons.

  • SC 526
    SC 526

    Sermons variés

    novembre 2010

    Bonus ! Neuf sermons de Bernard en plus.

  • SC 527
    SC 527

    Office de Saint Victor

    novembre 2009

    Texte – et musique ! – d'une liturgie rédigée par Bernard lui-même.

  • SC 518
    SC 518

    Sermons divers. Tome II

    novembre 2007

    Quête spirituelle, conversion, ascèse, discernement… : l'enseignement de saint Bernard en plus de 120 sermons.

  • SC 511
    SC 511

    Sermons sur le Cantique. Tome V

    février 2007

    « Rendre Dieu sensible au cœur » : un chef-d'œuvre spirituel en plus de 80 sermons.

  • SC 414
    SC 414

    Sermons sur le Cantique. Tome I

    août 2006

    « Rendre Dieu sensible au cœur » : un chef-d'œuvre spirituel en plus de 80 sermons.

  • SC 496
    SC 496

    Sermons divers. Tome I

    avril 2006

    Quête spirituelle, conversion, ascèse, discernement… : l'enseignement de saint Bernard en plus de 120 sermons.

  • SC 480
    SC 480

    Sermons pour l'année. Tome I.1

    mars 2004

    Vivre l'année liturgique avec saint Bernard, en plus de 120 sermons.

  • SC 472
    SC 472

    Sermons sur le Cantique. Tome IV

    septembre 2003

    « Rendre Dieu sensible au cœur » : un chef-d'œuvre spirituel en plus de 80 sermons.

  • SC 458
    SC 458

    Lettres. Tome II

    septembre 2001

    « Dis-moi, n’as-tu pas une âme ? » Entre histoire et spiritualité, saint Bernard interpelle.

  • SC 457
    SC 457

    Le Précepte et la Dispense. La Conversion

    novembre 2000

    Peut-on désobéir à un supérieur ? Deux moines interrogent saint Bernard.

  • SC 452
    SC 452

    Sermons sur le Cantique. Tome III

    septembre 2000

    « Rendre Dieu sensible au cœur » : un chef-d'œuvre spirituel en plus de 80 sermons.

  • SC 431
    SC 431

    Sermons sur le Cantique. Tome II

    avril 1998

    « Rendre Dieu sensible au cœur » : un chef-d'œuvre spirituel en plus de 80 sermons.

  • SC 425
    SC 425

    Lettres. Tome I

    novembre 1997

    « Dis-moi, n’as-tu pas une âme ? » Entre histoire et spiritualité, saint Bernard interpelle.

  • SC 393
    SC 393

    L'Amour de Dieu. La Grâce et le libre arbitre

    décembre 1993

    Une invitation à s'engager librement dans la relation amoureuse qui unit le Créateur à sa créature.

  • SC 380
    SC 380

    Bernard de Clairvaux. Histoire, mentalités, spiritualité

    novembre 1992

    Un guide pour s'y retrouver dans les œuvres complètes du grand cistercien, le « dernier des Pères ».

  • SC 367
    SC 367

    Éloge de la nouvelle chevalerie. Vie de saint Malachie. Épitaphe, Hymne, Lettres

    novembre 1990

    La raison d'être des moines-soldats, bientôt chevaliers du Temple, entre 1129 et 1136.