• SC 356

    Évagre le Pontique

    Le Gnostique
    ou À celui qui est devenu digne de la science

    mai 1989

    Édition critique des fragments grecs, traduction intégrale établie au moyen des versions syriaques et arménienne, commentaire et tables par Antoine Guillaumont et Claire Guillaumont.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique.
    ISBN : 9782204031905
    208 pages
    Indisponible chez notre éditeur
    Comment connaître Dieu ? La fine pointe de l'enseignement d'un maître spirituel à la fin du 4e siècle.

    Présentation

    Le petit traité intitulé Le Gnostique d’Évagre le Pontique fait suite au Traité pratique du même auteur, édité précédemment (SC 170 et 171). Le « gnostique » est celui qui, ayant mené à bien la « pratique » et ayant atteint par elle un certain degré d’impassibilité, est parvenu à la science spirituelle. Il a pour tâche désormais d’aider les autres à y accéder à leur tour et à y progresser. Le livre concerne donc essentiellement l’enseignement du gnostique : à quelles conditions celui-ci pourra enseigner, ce qu’il enseignera (notamment l’exégèse), comment il enseignera, les précautions qu’il devra prendre, ne révélant à chacun que ce qu’il est capable de comprendre et réservant aux plus avancés les vérités les plus hautes concernant la « physique » et la « théologie ». L’introduction situe cet enseignement dans la tradition monastique du désert et, d’autre part, dans la tradition scolaire issue de l’hellénisme.

    Le texte grec de ce livre ne nous est pas parvenu en tradition directe. Seuls ont pu être recueillis et sont édités ici des fragments de provenance diverse et souvent de médiocre qualité, représentant environ la moitié du traité. L’ensemble du texte a pu être établi, pour la première fois, en traduction française, à l’aide de trois versions syriaques et d’une version arménienne. Le commentaire signale les principales divergences existant entre ces divers témoins, fragments grecs et versions, souvent en grave désaccord entre eux. Il fournit aussi de nombreux rapprochements avec les autres œuvres d’Évagre et avec celles d’auteurs antérieurs, rapprochements qui permettent d’éclairer ces « chapitres » qui, comme c’est la loi du genre, sacrifient souvent la clarté à la concision.

    Le mot du directeur de Collection

    Le nom d'Évagre le Pontique est désormais familier au lecteur de la collection. Avec Le Gnostique (SC 356), qui fait suite au Traité pratique (SC 170-171), l'auteur définit les conditions auxquelles celui qui est parvenu à la science spirituelle pourra aider les autres à y accéder à leur tour et à y progresser. De cet enseignement qui se situe dans la tradition du monachisme égyptien des Kellia, on nous permettra d'extraire seulement cette recommandation qui vaut peut-être aussi pour les collaborateurs de la Collection :

    « Que ceux que tu instruis te disent toujours : 'Ami, monte plus haut.' Il serait honteux, en effet, qu'après être monté tu sois ramené vers le bas par les auditeurs » (SC 29, p. 143).

    Dominique Bertrand

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Ce traité spirituel de la fin du IVe siècle, dont le titre complet est : Le gnostique ou à celui qui est devenu digne de la science, consiste en une série de 50 brefs chapitres (kephalaia) de 2 à 12 lignes. Il fait suite au Traité pratique ou Le moine et précède les Chapitres gnostiques (Kephalaia gnostica), formant avec eux une sorte de trilogie de la progression spirituelle dont il constitue la seconde étape. écrit au désert des Kellia, il s’adresse aux moines, comme les apophtegmes dont il reprend la forme concentrée. Il se présente comme un écho de l’enseignement des vieillards et veut parler aux croyants avancés, ceux, déjà purifiés, qui ont franchi l’étape « pratique » et arrivent à celle de la « gnose » véritable.

    Dans certains manuscrits, ce traité ne fait qu’un avec le Traité pratique dont il est la fin. Nous n’avons de l’original grec que des extraits représentant à peu près la moitié du total et transmis surtout sous le nom de Nil d’Ancyre, ou pour 5 chapitres sous celui de Maxime le Confesseur. L’œuvre au complet a été transmise en arménien et en syriaque dans trois versions successives, la troisième révisant la première. Les manuscrits donnant le texte grec ne sont guère antérieurs au début du XIVe siècle. Pour la tradition indirecte, quelques chapitres sont cités par l’historien Socrate, par Œcuménius, Palamas et des florilèges. Le texte grec, parfois abîmé ou remanié, n’est pas forcément plus fiable que les versions anciennes.

     

    La fonction essentielle du gnostique est d’enseigner, tout en continuant à progresser lui-même dans sa purification des passions. Il est le « sel » des impurs et la « lumière » des purs. Il doit s’adresser aux moines et à ceux qui vivent dans le monde pour les aider à progresser, en ayant sans cesse en vue leur salut, et seulement leur salut.

    Les 50 chapitres reviennent tous sur cette thématique de la pédagogie du gnostique, qui doit se faire à la fois proche et exigeant, enseigner en sachant discerner la situation de chacun, ramener à l’écriture et à sa lecture symbolique en sachant en éviter les excès… Les derniers chapitres (44-48) invoquent, pour accréditer cet enseignement spirituel à l’allure ésotérique, l’autorité de grands théologiens : Grégoire de Nazianze, Basile de Césarée, Athanase d’Alexandrie, Sérapion de Thmuis, Didyme d’Alexandrie, parlant tous des principales vertus. Les deux derniers reviennent à la visée fondamentale de la progression spirituelle : la pratique est purification, la physique est révélation, la théologie est conversion vers la Cause première (49) ; dans cette contemplation même le gnostique ne doit cesser de réparer l’image déchue (50).

    Extrait(s)

    Gnost. 5.29.32.33 (SC 356, p. 95, 143, 149, 151)

    5. Toutes les vertus fraient la route au gnostique, mais plus que toutes la maîtrise de la colère. Celui, en effet, qui a touché à la science et qui se laisse aller facilement à la colère est semblable à quelqu’un qui se crève les yeux avec une pointe de fer.

    29. Que ceux que tu instruis te disent toujours : Ami, monte plus haut (Lc 14, 10). Il serait honteux, en effet, qu’après être monté, tu sois ramené vers le bas par tes auditeurs.

    32. Ferme la bouche à ceux qui déblatèrent à tes oreilles et ne t’étonne pas d’être blâmé par beaucoup, car c’est là une tentation qui vient des démons. Il faut en effet que le gnostique soit exempt de haine et de rancune, ne leur en déplaise !

    33. à son insu, celui qui guérit les hommes à cause du Seigneur se soigne également lui-même ; car le remède qu’applique le gnostique guérit son prochain autant qu’il est possible, mais lui-même nécessairement.

Volumes SC connexes

  • SC 42 bis
    • SC 42bis
      Conférences, tome I
      décembre 1966
      Le désert d’Égypte transporté à Marseille, à la faveur des entretiens d’un fondateur avec ses moines provençaux (vers 426).
  • SC 54
    • SC 54
      Conférences, tome II
      décembre 1958
      Le désert d’Égypte transporté à Marseille, à la faveur des entretiens d’un fondateur avec ses moines provençaux (vers 426).
  • SC 64
    • SC 64
      Conférences, tome III
      décembre 1959
      Le désert d’Égypte transporté à Marseille, à la faveur des entretiens d’un fondateur avec ses moines provençaux (vers 426).
  • SC 275
    • SC 275
      Œuvres spirituelles, tome I
      février 1981
      Une mystique de la lumière, par Syméon, moine de Mésopotamie au tournant des 4e et 5e siècles.
  • SC 92
  • SC 5 bis

Du même auteur

  • SC 615
    • couverture SC615
      Scholies aux Psaumes, tome II (Psaumes 71-150)
      mai 2021
      Les Psaumes lus par le « philosophe du désert », dans la première édition intégrale des Scholies
  • SC 614
    • couverture SC614
      Scholies aux Psaumes, tome I (Psaumes 1-70)
      mai 2021
      Les Psaumes lus par le « philosophe du désert », dans la première édition intégrale des Scholies
  • SC 591
    • SC 591
      À Euloge
      décembre 2017
      Le combat contre les vices, par le « philisophe du désert »
  • SC 589
    • SC 589
      Chapitres sur la prière
      octobre 2017
      153 chapitres, autant de « poissons » spirituels à déguster.
  • SC 514
    • SC 514
      Chapitres des disciples d'Évagre
      août 2007
      L'ascèse de l'esprit, ou le développement d'un enseignement spirituel, au début du 5e siècle.
  • SC 438
    • SC 438
      Sur les pensées
      novembre 1998
      L'âme humaine, théâtre de bataille et enjeu d'un intense combat spirituel, éclairé par un maître spirituel à la fin du 4e siècle.
  • SC 397
    • SC 397
      Scholies à l'Ecclésiaste
      décembre 1993
      Petites notes spirituelles sur la vie en Christ, véritable « Ecclésiaste », par le « philosophe du désert ».
  • SC 340
    • SC 340
      Scholies aux Proverbes
      décembre 1987
      Petites notes spirituelles sur le commencement de la sagesse, par le « philosophe du désert ».
  • SC 171
    • SC 171
      Traité pratique ou Le Moine, tome II
      décembre 1971
      Acquérir l'impassibilité, première étape vers la connaissance de Dieu, par un maître spirituel à la fin du 4e siècle.
  • SC 170
    • SC 170
      Traité pratique ou Le Moine, tome I
      décembre 1971
      Acquérir l'impassibilité, première étape vers la connaissance de Dieu, par un maître spirituel à la fin du 4e siècle.