• SC 163

    Guigues II le Chartreux

    Lettre sur la vie contemplative
    L'échelle des moines, suivi de Douze méditations

    Série des Textes Monastiques d'Occident XXIX
    décembre 1970

    Introduction et texte critique par Edmund Colledge, o.s.a., et James Walsh, s.j. — Traduction par un chartreux.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique.
    Réimpression de la première édition revue et corrigée (1980, 2001, 2013)
    ISBN : 9782204066976
    215 pages
    Une échelle pour l'ascension spirituelle, dessinée par un prieur de la Grande Chartreuse dans les années 1170.

    Présentation

    « Un jour, pendant le travail manuel, je commençai à penser à l’exercice spirituel de l’homme, et tout à coup s’offrirent à la réflexion de mon esprit quatre degrés spirituels : lecture, méditation, prière, contemplation. C’est là l’échelle des moines, qui les élève de la terre au ciel. »

    En quinze brefs chapitres, Guigues II, Prieur de Chartreuse à la fin du XIIe siècle, décrit ces quatre échelons et présente surtout, avec netteté, discrétion et ferveur, celui de la contemplation, dont il note les divers moments : les signes de la venue de la grâce, ses effets, le bienfait de son retrait apparent. Ce court chef d’œuvre de la littérature spirituelle est un des derniers témoins, et l’un des plus significatifs, du « mysticisme occidental », perpétué ici dans le climat cartusien.

    C’est à deux religieux anglais, les Pères Edmund Colledge, augustin, et James Walsh, jésuite, qu’est due cette première édition critique, parue en 1970, accompagnée d’une riche étude historique et doctrinale. En plus de L’Échelle des moines elle donne douze Méditations, de Guigues II également. Dans ces prières au dessin très souple, Guigues s’entretient affectueusement avec Dieu sur des thèmes variés : la vie solitaire, la parole divine, la nouvelle création, les privilèges de Marie, l’Eucharistie.

    Tout l’ensemble a été traduit par « un chartreux » (dom Maurice Laporte).

    Le mot des Sources Chrétiennes

    Centenaire oblige, plusieurs textes représentatifs de la spiritualité cartusienne seront réimprimés en cette année 2001. La réimpression de la Lettre sur la vie contemplative, autrement dit L'Échelle des moines, et des Douze méditations de Guigues II le Chartreux (SC 163) a été réalisée en février.

    On sait peu de choses de ce neuvième prieur de la Grande Chartreuse, entre 1173 et 1180 environ. Ses écrits eux-mêmes, se trouvent sans nom d'auteur dans de nombreux manuscrits ou bien sont attribués à d'autres, saint Augustin ou saint Bernard notamment. La paternité ne lui en a été restituée qu'à une époque récente, à la suite des travaux de dom Wilmart à qui l'on doit aussi d'avoir distingué les deux Guigues. Ces attributions anciennes prouvent que les écrits de Guigues II n'étaient pas indignes de ceux des plus grands écrivains spirituels. Son Échelle des moines en particulier, dans laquelle l'auteur reprend le thème des degrés pour traduire la montée intérieure de l'homme vers Dieu, a connu une très large diffusion et fournit un bel exemple de ce que l'on a appelé le « mysticisme occidental ». Les Douze méditations sont une autre manière pour Guigues d'élever son âme vers Dieu et de parcourir les étapes de la vie contemplative jusqu'à l'union mystique, à travers la prière, la méditation de l'Écriture et l'eucharistie. Écrits pour des moines, ces textes ne leur sont pas réservés et peuvent nourrir la vie spirituelle de tous.

    L'édition critique est l'œuvre de deux religieux anglais, E. Colledge et J. Walsh ; la traduction du texte est due à un chartreux, dom M. Laporte.

    (J.-N. Guinot, 2001)

    Jean-Noël Guinot

    Extrait(s)

    (p. 153)

    « Que la lumière soit ! »

    Ô Créateur admirable, si vous accomplissez jusqu’à maintenant cette œuvre que vous avez opérée aux jours anciens, pourquoi ne l’accompliriez-vous pas aussi dans mon âme ? Car mon âme est déserte et vide et les ténèbres règnent à la surface de l’abîme. Dites que la lumière se fasse, et la lumière se fera. Vous avez accompli cette œuvre dans Lazare et dans saint Paul. Le visage du premier était enveloppé dans un suaire, parce que les ténèbres régnaient à la surface de l’abîme ; des yeux du second tombèrent comme des écailles au moment de son baptême, afin qu’il pût contempler la gloire du Seigneur à visage découvert. Ce sont ces écailles qui font continuellement dormir mon cœur devant vous. C’est aussi à cause d’elles que les apôtres dormaient durant votre agonie : « Car leurs yeux, dit l’Écriture, étaient appesantis. »

    Mais, Seigneur, voici l’heure de nous arracher au sommeil, car votre trompette sonne avec de plus en plus d’insistance : « Éveille-toi, toi qui dors, lève-toi d’entre les morts, et le Christ fera luire sur toi sa lumière. » Illuminez, Seigneur, mes ténèbres ; dites à mon âme : « Que la lumière soit », et la lumière sera.

    Errata

    Page

    Localisation

    Texte concerné

    Correction

    Remarques

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

Volumes SC connexes

  • SC 313
    SC 313

    Guigues Ier le Chartreux

    Coutumes de Chartreuse

    septembre 1984

    Une source essentielle sur la vie cartusienne au début du 12e siècle.

  • SC 308
    SC 308

    Guigues Ier le Chartreux

    Les Méditations

    septembre 1983

    Brèves, inclassables, les pensées d'un chartreux au début du 12e siècle.

  • SC 408
    SC 408

    Hugues de Balma

    Théologie mystique, tome I

    mai 1995

    Un chemin spirituel en trois étapes, tracé par un chartreux au 13e siècle.

  • SC 409
    SC 409

    Hugues de Balma

    Théologie mystique, tome II

    mars 1996

    Un chemin spirituel en trois étapes, tracé par un chartreux au 13e siècle.

  • SC 88
    SC 88

    Chartreux

    Lettres des premiers chartreux, tome I

    décembre 1962

    Une « invitation au désert », au début du 12e siècle, entre Calabre, Grande Chartreuse et Chartreuse de Portes.

  • SC 274
    SC 274

    Chartreux

    Lettres des premiers chartreux, tome II

    juin 1980

    Une « invitation au désert », au début du 12e siècle, entre Calabre, Grande Chartreuse et Chartreuse de Portes.