• SC 156

    Syméon le Nouveau Théologien

    Hymnes, tome I
    (1-15)

    décembre 1969

    Introduction, texte critique et notes par Johannes Koder. — Traduction par Joseph Paramelle, s.j.

    ISBN : 9782204035521
    304 pages
    Indisponible chez notre éditeur

    À Constantinople, vers l'an mil, tout le lyrisme d'un saint qui se sait pécheur.

    Présentation

    Tandis que d’autres auteurs byzantins écrivent leurs hymnes autour de sujets bibliques, chez Syméon, il s’agit de restituer les paroles et les pensées que, dans sa vision, il a reçues du Christ. Son style s’étend des petits tableaux lyriques jusqu’à la grande polémique et l’appel à la masse des croyants.
    Cet ouvrage présente la première édition critique des Hymnes.

    Johannes Koder, de l'Institut byzantin de l'Université de Vienne (Autriche), a établi le texte de ce volume. Joseph Paramelle, s.j., ancien directeur de la Section grecque de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, est un byzantiniste bien connu, spécialiste des œuvres de Syméon.

    Œuvre(s) contenue(s) dans ce volume

    Le présent recueil compte trois volumes comprenant le texte des 58 hymnes – plus de 10000 vers en tout – précédés d’une préface de Nicétas Stéthatos, disciple et biographe de Syméon. Le classement des Hymnes suit une tradition philologique et non pas un arrangement thématique : ils sont présentés dans l’ordre dans lequel la tradition les a conservés. Deux sources, la Vie qu’a composée Nicétas Stéthatos sur Syméon, et l’hymne 21, permettent de comprendre que le texte aurait été composé autour de 1003. De l’édition réalisée par Nicétas Stéthatos, disciple de Syméon, qui modifie légèrement le texte des Hymnes, dépend toute édition postérieure ; après l’édition de Dionysos Zagoraios, en 1790, celle de K. Holl, en 1898, marque le point de départ de la recherche moderne sur l’auteur. La présente édition critique s’étaye sur 18 manuscrits – témoignant de six collections complètes et de collections mineures, le plus ancien témoin remontant au XIIIe s. –, et l’édition de Zagoraios.

    Les Hymnes de Syméon illustrent la mystique orthodoxe aux environs de l’an Mil, entre la spiritualité monastique ancienne et les futurs soubresauts liés à la pensée de Grégoire Palamas et à l’hésychasme. Au-delà d’un intérêt historique concernant Syméon lui-même et la polémique, dans les cercles théologiques, qui mit aux prises celui-ci et Étienne de Nicomédie, le texte des Hymnes montre la forme d’un « long piétinement » lyrique et litanique, la portée de ces événements dans la vie du théologien. 

    Fait qui a surpris ses lecteurs byzantins, pour ces hymnes théologiques Syméon utilise surtout le vers « politique », de 15 syllabes, en l’adaptant librement et en employant aussi ceux de 8 syllabes (anacréontique) et de 12. 

     

    Ce premier volume comprend la préface ajoutée par Nicétas qui entreprend de répondre aux attaques faites à Syméon, notamment contre ses Hymnes – en particulier l’hymne 15 retranché de l’édition de Zagoraios car tenu pour suspect –, à grands renforts de citations scripturaires et d’extraits des Noms divins du Pseudo-Denys l’Aréopagite, dont il infléchit légèrement la doctrine dans le sens de son apologie, par ailleurs. À la préface succède une prière mystique qui la sépare des hymnes 1 à 15.

    Ces premiers hymnes sont marqués par une dimension lyrique assez nette ; en témoigne l’hymne 10, qui mentionne, sur un mode pathétique, la mort du maître spirituel de Syméon, qui l’a considérablement ébranlé, et souligne sur un mode plus lyrique que l’apatheia (impassibilité) chrétienne n’est jamais insensibilité.

     

    Extrait(s)

    Hymne X (p. 231)

    J’ai appris une chose étrange et pleine d’effroi :

    une nature immatérielle, plus dure que la pierre,

    résistant à l’égal du diamant,

    que n’amollit ni le feu ni le fer

    mais qui devient cire, une fois mélangée au plomb.

    Maintenant je le crois : un petit filet d’eau

    à force de temps creuse la dureté d’une pierre.

    Oui, réellement, rien n’est immuable en ce monde.

    Que nul désormais ne croie me tromper !

    Malheur à qui regarde les réalités fugitives de la vie

    comme des choses que l’on retient et qui y trouve son plaisir :

    il souffrira ce que j’ai souffert, le malheureux.

    La nuit m’a séparé de mon très doux frère

    divisant en deux l’indivisible lumière de la charité.

    Errata

    Page Localisation Texte concerné Correction Remarques
             
             
             

Du même auteur

  • SC 51 bis
    SC 51bis

    Chapitres théologiques, gnostiques et pratiques

    décembre 1980

    Les éclats d'une vie spirituelle pensée comme une expérience mystique, à Constantinople en l'an mil.

  • SC 196
    SC 196

    Hymnes, tome III

    décembre 1973

    À Constantinople, vers l'an mil, tout le lyrisme d'un saint qui se sait pécheur.

  • SC 174
    SC 174

    Hymnes, tome II

    décembre 1971

    À Constantinople, vers l'an mil, tout le lyrisme d'un saint qui se sait pécheur.

  • SC 129
    SC 129

    Traités théologiques et éthiques, tome II

    décembre 1967

    Point de bonne théologie sans une vie de charité : 18 discours d'un père spirituel à Constantinople, vers l'an mil.

  • SC 122
    SC 122

    Traités théologiques et éthiques, tome I

    novembre 1966

    Point de bonne théologie sans une vie de charité : 18 discours d'un père spirituel à Constantinople, vers l'an mil.

  • SC 113
    SC 113

    Catéchèses, tome III

    décembre 1965

    À Constantinople, vers l'an mil, les moines de Saint-Mamas écoutent leur père spirituel.

  • SC 104
    SC 104

    Catéchèses, tome II

    décembre 1964

    À Constantinople, vers l'an mil, les moines de Saint-Mamas écoutent leur père spirituel.

  • SC 96
    SC 96

    Catéchèses, tome I

    décembre 1963

    À Constantinople, vers l'an mil, les moines de Saint-Mamas écoutent leur père spirituel.

  • Syméon le Nouveau Théologien, Prière mystique (couverture)

    Prière mystique

    octobre 1979